Olivier Faure au sujet de Fillon : "Je ne vois pas un assassinat, je vois un suicide"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

François Fillon a assuré qu'il irait jusqu'au bout malgré sa convocation par les juges. Le député PS Olivier Faure s'est ému du fait que le candidat de la droite cherche à jeter la suspicion sur les juges.

INTERVIEW

Il ne cédera pas. François Fillon a indiqué mercredi midi qu'il serait convoqué le 15 mars chez les juges en vue d'une mise en examen mais qu'il irait "jusqu'au bout" dans la course à la présidentielle. Quelques minutes après la conférence de presse surprise du candidat de la droite, Olivier Faure, président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale a réagi au micro d'Europe 1.

"La droite méritait mieux". "Il se parjure, le 26 janvier dernier il avait annoncé qu'il ne serait pas candidat s'il était mis en examen. Cet engagement-là a fait long feu. Ensuite, j'ai envie de dire que la droite méritait mieux. Nous avons eu droit ce (mercredi) midi à une défense qui est celle de Monsieur Fillon depuis plusieurs semaines. Il a répété à chaque fois les mêmes éléments de langage. Le voilà qui cherche maintenant à jeter la suspicion sur les juges alors que c'est lui-même qui est incriminé et qui devrait lever les doutes qui pèsent sur l'effectivité du travail qu'ont réalisé ou pas sa femme et ses enfants."

"Quelqu'un qui cherche par tout moyen de se maintenir". François Fillon a dénoncé un "assassinat politique" au cours de sa conférence de presse. Une thèse que réfute Olivier Faure. "Je ne vois pas un assassinat, je vois un suicide. Je vois quelqu'un qui cherche par tout moyen de se maintenir alors même que la droite aurait pu se choisir un autre candidat." La date de la convocation à des fins de mise en examen, le 15 mars, ne choque pas le député socialiste. "Je ne suis troublé par rien. Je vois des juges qui font avancer le cours de la justice, ce que François Fillon lui-même avait demandé au début de cette affaire."

En termes de vitesse, le député qui soutient le candidat Benoît Hamon ajoute que François Fillon "pourrait faire la preuve très vite de sa bonne fois s'il fournissait les milliers de mails, de rendez-vous que sa femme a dû prendre pendant la décennie au cours de laquelle elle est censée avoir travaillé pour des tarifs qui font que ça ne pouvait pas simplement être pour relever le courrier".