Nouvelle-Calédonie : le FN appelle à voter pour une LR dissidente et un UDI, contre l'indépendance

  • A
  • A
Nouvelle-Calédonie : le FN appelle à voter pour une LR dissidente et un UDI, contre l'indépendance
Le FN appelle à voter à droite et au centre en vue du second tour sur l'île.@ FRED PAYET / AFP
Partagez sur :

Le FN appelle à voter LR et UDI dans deux circonscriptions, à condition que les deux candidats "s'engagent sur l'honneur" à ne jamais accepter l’indépendance de l'île.

Le Front national appelle ses électeurs de Nouvelle-Calédonie à voter au second tour des législatives pour la candidate LR dissidente Sonia Backès et le candidat UDI (Calédonie ensemble) Philippe Gomès, s'ils s'engagent "sur l'honneur à ne jamais accepter l'indépendance de la Calédonie Française". Dans un communiqué, le vice-président du FN Louis Alliot rappelle que son parti est "très réservé sur la politique menée en Nouvelle Calédonie depuis les accords de Nouméa par les partis politiques au pouvoir, et opposé fermement à l'indépendance de cette terre française du pacifique".

Backès, figure anti-indépendance. Dans la première circonscription, fief de la droite, Philippe Dunoyer, candidat de Calédonie Ensemble (centre droit), est arrivé largement en tête (27,88%), mais la victoire demeure incertaine. Dimanche prochain, il affrontera Sonia Backès, cheffe du groupe LR au Congrès de l'île, (17,27%) qui faisait partie des trois candidats issus des rangs Les Républicains, très divisés. Elle est l'une des principales opposantes à l'indépendance du territoire dans cette circonscription.

Gomès en position de force. Dans la seconde circonscription, le sortant Philippe Gomès (23,94%) affrontera le candidat indépendantiste Louis Mapou, arrivé en tête au premier tour (30,08%). Mais, vu les réserves de voix non indépendantistes dont il dispose, Philippe Gomès semble en position de l'emporter. Le FN avait investi deux candidates au premier tour, qui ont obtenu 6,75% des voix dans la première et 11,69% dans la seconde. Dans moins de 18 mois, au terme des vingt années du processus de décolonisation progressif de l'accord de Nouméa (1998), les Calédoniens se prononceront pour ou contre l'indépendance, lors d'un référendum d'autodétermination programmé en novembre 2018