Nouvelle année, nouvelle taxe carbone

  • A
  • A
Nouvelle année, nouvelle taxe carbone
Partagez sur :

Lors de ses vœux, Nicolas Sarkozy a rappelé sa détermination sur la fiscalité verte et énuméré les réformes de 2010.

Nicolas Sarkozy a souhaité jeudi que 2010 soit une "année de renouveau" pour la France, après une année 2009 "difficile pour tous", profitant de ses voeux aux Français pour ébaucher un programme d'action.

> La taxe carbone

Deux jours après l'invalidation de la "taxe carbone" par le Conseil constitutionnel, Nicolas Sarkozy a réaffirmé jeudi sa volonté d'instaurer un fiscalité verte en assurant qu'il n'était "pas un homme qui renonce à la première difficulté". La fiscalité écologique qui permet de taxer la pollution et d'exonérer le travail est un enjeu majeur", a-t-il ajouté. "C'est un domaine où il est bien difficile de faire changer les comportements", a-t-il rappelé, confirmant que la taxe carbone serait au menu du conseil des ministres du 20 janvier.

Le président a minimisé au passage l'échec du sommet de Copenhague sur le climat, dans lequel il s'était personnellement beaucoup impliqué, en estimant que cette conférence avait tout de même "ouvert une porte sur l'avenir".

> La crise

Le président est longuement revenu sur la crise économique, soulignant "le sang-froid et le courage des Français". Nicolas Sarkozy a également rendu un hommage appuyé aux "partenaires sociaux qui ont fait preuve d’un grand sens des responsabilités ( …) et aux chefs d’entreprises qui se sont efforcés de sauver des emplois". "Ensemble, nous avons évité le pire", a-t-il ainsi déclaré en soulignant notamment que le "modèle social français", qu'il décriait jadis, avait contribué à amortir le choc de la crise économique et financière mondiale.

> Le bilan des réformes

"La France a continué à se transformer", a martelé le président, défendant son bilan et les grosses réformes de l’année, citant les réformes du lycée, des universités ou de la formation professionnelle, la suppression de la taxe professionnelle, l'instauration du revenu de solidarité active (RSA) et le grand emprunt.

"Même si les épreuves ne sont pas terminées, 2010 sera une année de renouveau. Les efforts que nous faisons depuis deux ans et demi vont porter leurs fruits", a assuré le président. "Ensemble, nous avons évité le pire, mais nous avons aussi préparé l'avenir. Au moment où tout laisse à penser que la croissance va revenir, nous voyons qu'au cours de cette année, au milieu des difficultés de toutes sortes, un monde nouveau a commencé à émerger", a-t-il ajouté.

> Les réformes de 2010

Nicolas Sarkozy a énuméré les grands axes de son programme d'action pour 2010 : "Faire reculer le chômage et l'exclusion, réduire nos dépenses courantes pour nous permettre d'accroître nos dépenses d'avenir, simplifier notre organisation territoriale trop lourde (...) consolider notre système de retraites ..." Le chef de l'Etat a jugé de son devoir d'assurer la pérennité financière de ce système de retraites et de relever le défi de la dépendance et promis une nouvelle réforme de la Justice, "pour qu'elle protège davantage les libertés" et soit "plus attentive aux victimes".

> Vœux de Sarkozy : critiques au PS, satisfaction à l’UMP