"Nous venons vous parler des primaires"

  • A
  • A
"Nous venons vous parler des primaires"
A Paris, des "ambassadeurs des primaires" sont en campagne d’information pour attirer le plus de citoyens possible les 9 et 16 octobre prochains.
Partagez sur :

REPORTAGE - Europe 1 a pu suivre le porte-à-porte de militants, en vue des primaires du PS.

Pas moins de 30% des Français en âge de voter disent avoir l'intention de participer à la primaire socialiste, selon un sondage LH2 pour le Nouvel Observateur paru jeudi. Pour honorable qu’il soit, ce chiffre ne semble pas satisfaire le cadres du Parti socialiste, qui ont décédé de lancer une campagne d’information sur les primaires pour attirer des électeurs. Europe 1 a pu suivre des militants d’une section du 18e arrondissement de paris dans l’exercice du porte-à-porte.

"Eviter les ilots de droite"

"Bonjour, nous venons vous parler des primaires de la gauche", lance avec enthousiasme Mario Gonzalez, secrétaire de section, accompagnée de Clémence une jeune militante, quand une porte s’ouvre. Ces "ambassadeurs des primaires" ont une mission : faire connaître le scrutin et inciter les citoyens à y participer.

La première des choses est de bien cibler les quartiers. "Il faut éviter les ilots de droite", explique Mario. "Puisque le but n’est pas de convaincre, mais de mobiliser les électeurs de gauche". Autre consigne, venu du siège du PS, rue de Solférino : jouer sur les ambigüités. Le 9 et 16 octobre, ce ne seront pas des primaires socialistes, mais des "primaires de la gauche". "Par exemple, si les Verts veulent participer aux primaires, ils en auront tout à fait le droit et la possibilité", récite le militant.

Attirer un million d’électeurs

Selon Mario, en moyenne 40% des portes sont ouvertes. Parfois l’accueil est des plus froids. "Ça ne vous intéresse pas les primaires de la gauche ?", demande le militant à un homme qui vient de lui ouvrir. "Non, pas vraiment", répond sèchement son interlocuteur avant de fermer la porte. Parfois en revanche, c’est la bonne pioche, comme avec Camille, 19 ans, qui se revendique "socialo". "Mes parents sont enseignants tous les deux. J’ai plutôt été éduquée dans ces valeurs-là, et je pense perdurer là-dedans", explique la jeune femme.

Grâce à cette campagne, les 9 et 16 octobre, le PS espère attirer les 9 et 16 octobre près d’un million d’électeurs. Mais la campagne d’information a aussi un autre objectif : recruter 50.000 sympathisants pour tenir les bureaux de vote.