NosDéputés.fr flique les parlementaires

  • A
  • A
NosDéputés.fr flique les parlementaires
Partagez sur :

Le contenu du site, qui passe au crible l’activité des députés, pâtit toutefois du manque d’exhaustivité des données recensées.

Près de 60.000 visiteurs uniques en une semaine : NosDéputés.fr, lancé il y a une dizaine de jours, a immédiatement attisé la curiosité des internautes. Ayant pour ambition de "synthétiser les différentes activités" des députés, le site rend surtout visible l'inactivité de certains.

En effet, graphique à l’appui, sont recensés, en dessous du profil de chaque élu, les présences des députés en commission, leurs questions posées dans l’hémicycle ou encore leurs travaux parlementaires. Ainsi la dernière question orale deJean-Marc Ayrault (PS) portait sur "l'ouverture des commerces le dimanche", Jean-François Lamour (UMP) fait partie de la commission des finances et le dernier dossier de Jean-Christophe Cambadélis (PS) traitait de la situation au Proche-Orient.

Ces informations proviennent toutes du site web de l’Assemblée nationale que les fondateurs de NosDéputés.fr jugent trop "obscur" pour être satisfaisant. Ils estiment que les informations y sont trop "éparpillées".

GRAPHIQUE

La courbe de Jean Tibéri, UMP, député du jour (24 septembre).


"Nous voulons apporter plus de visibilité au travail des députés", explique à Europe1.fr Benjamin Ooghe-Tabanou, l’un des fondateurs du collectif RegardsCitoyens à l’origine de ce nouveau site. Bénévole dans l’association, il s’était déjà fait remarqué il y a quelques mois, avec Tangui Morlier, lors de la création de DéputésGodillots.info. Ce site pointait alors, avec ironie, les députés qui ne s'intéressaient pas au débat Hadopi à l’Assemblée.

Nosdéputés.fr a également pour but "de rétablir le dialogue citoyens-députés", assure Benjamin Ooghe-Tabanou. De bons principes donc. Mais concrètement le site pèche par manque d’exhaustivité. Ainsi le graphique d’un député peut apparaître désespérément vide pendant des mois (laissant penser à son absence) alors même qu’il était dans l’hémicycle et qu’il a pris part au vote.

Cette activité est, en effet, totalement négligée par NosDéputés.fr. Le site ne comptabilise la présence des parlementaires que lorsqu’ils posent des questions. Mais peu importe, pour Benjamin Ooghe-Tabanou. Pour lui, après tout, "si un député se contente de voter sans participer au débat, on peut se demander s’il est vraiment présent", s’il fait véritablement son travail, répond-il crânement.

Image3

Les députés, pour l’heure, ne s’emballent pas et attendent de voir. "Si je considère la courbe des ascendants et des descendants, cela n’est pas représentatif de mon activité", explique à Europe1.fr la députée Isabelle Vasseur qui ajoute : "Evidemment si vous avez un rapport à défendre, vous êtes plus souvent au banc et vous avez une grande possibilité d’intervenir dans l’hémicycle. Cela ne veut pas dire que vous ne travaillez pas les autres jours".

La député UMP regrette également que toutes les activités d’audit des rapporteurs ou le travail des élus dans leurs circonscriptions ne soient pas pris en compte. Autre lacune du site : les propositions de loi ne sont pas recensées sous les profil des élus. Mais elles devraient l’être très prochainement, assurent les membres de NosDéputés.fr.

A noter enfin que, chaque utilisateur peut, sur le site, poster des commentaires et des questions sur les travaux des députés. A charge ensuite aux députés de leur répondre ou non.