Non, Fillon n’a pas arrêté la politique

  • A
  • A
Non, Fillon n’a pas arrêté la politique
@ MaxPPP
Partagez sur :

L’INFO POLITIQUE - L’ex-Premier ministre a disparu des écrans radars. Pour occuper le terrain.

"Vous avez des nouvelles de François Fillon" Voici la dernière blague à la mode dans le landernau politique. Car depuis des déclarations fracassantes, sur le choix entre FN et PS ou à l’encontre de Nicolas Sarkozy, l’ancien Premier ministre a totalement disparu des écrans radars. Selon les informations de Caroline Roux, éditorialiste à Europe 1, il s’agit là d’une stratégie bien réfléchie.

Des réunions d’appartement. Exit donc les plateaux télé ou les studios de radio, place au labourage de terrain, dans un spectaculaire retournement. Choisissant le profil bas, le député de Paris a demandé à ses collaborateurs d’arrêter avec les rendez-vous formels façon "bienvenue monsieur le Premier ministre" pour leur préférer… des réunions d’appartement. La dernière a récemment eu lieu à Tourcoing, dans le Nord. Pendant 1h30, l’ex-hôte de Matignon a écouté les doléances de déçus de l’UMP. Sans forcément y répondre, mais en les notant scrupuleusement dans un carnet, pour nourrir un prochain livre.

Mouiller le maillot. Autre changement : cesser de parler de lui et de ses ambitions, pour se concentrer sur les municipales. François Fillon a ainsi monté un meeting commun avec Alain Juppé à Bordeaux le 2 décembre.

ALAIN JUPPE ET FRANCOIS FILLON

© MaxPPP

A Paris, il compte bien tout faire pour que Pierre Lellouche, l’un de ses soutiens dans la guerre des chefs de l’UMP, obtienne la deuxième place dans le 8e arrondissement, au détriment du copéiste Charles Beigbeder. Fait nouveau, l’ancien Premier ministre se mobilise donc pour ses proches. Et il veut que ça se sache.

U-NI-TE. François Fillon a enfin compris que critiquer Nicolas Sarkozy ne lui apportait rien de bon. Alors l’ancien Premier ministre se fait désormais le chantre de l’unité. Selon ses proches, il rencontre ainsi fréquemment d’autres leaders de l’UMP, comme Jean-Pierre Raffarin, Alain Juppé ou même Xavier Bertrand, candidat proclamé, et donc rival, pour les primaires de 2016. En agissant ainsi, le député de Paris rejoue la séquence de Nicolas Sarkozy sur le thème de "j’ai changé parce que la vie m’a changé". Le tout à destination des militants et élus UMP. Car avec la séquence médiatique désastreuse en termes de popularité, François Fillon a surtout compris qu’avant de prétendre s’adresser à la France en homme d’Etat, il faut commencer par se rendre indispensable dans sa famille politique, analyse Caroline Roux.