NKM : "Paris, pas un choix de carrière"

  • A
  • A
NKM : "Paris, pas un choix de carrière"
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - L’ancienne ministre justifie sa candidature à la mairie de Paris. Et raille Hollande.

Elle veut devenir LA figure de la droite à Paris. Voire plus si affinités. Le strapontin est parfait pour qui rêve en (très) grand. Ambitieuse, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui était l’invitée du Grand Jury d’Europe 1/Le Parisien-Aujourd’hui en France/iTélé, dimanche matin, sera donc candidate aux municipales dans la capitale en 2014, mais ne briguera pas la présidence de l’UMP. Quant à la primaire de l’UMP en 2016 en vue de l’élection présidentielle de 2017, elle élude.

IP3JMUG110420028
"Paris, c’est un choix de passion"
 On ne parlait que de François Fillon ou de Jean-Louis Borloo, mais c’est vraisemblablement elle qui défendra les couleurs de la droite aux prochaines élections municipales à Paris, en 2014. Pas question pour autant d’être désignée à la hussarde, meilleur moyen de se voir accuser de parachutage. "Je veux être soutenue par le plus grand nombre. Je ne veux pas être la candidate d’un clan. Je souhaite qu’il y ait des primaires ouvertes à Paris", a-t-elle donc déclaré, refusant d’entrer dans le jeu de sa future rivale Rachida Dati, laudative à l’encontre de Bertrand Delanoë, l’actuel titulaire du poste : "c’est une pathologie assez française que d’être fasciné par l’adversaire", a-t-elle raillé.

Souvent accusée, y compris dans son propre camp, d’avoir les dents qui rayent le parquet, l’ancienne ministre de l’Ecologie assure pourtant que cette candidature n’est pas de son initiative : "c’est une réflexion que je mène depuis des semaines. Des élus sont venus me soir, je les ai écoutés et à un moment, j’ai pris ma décision. Elle n’était pas facile. C’est un choix de passion, pas de carrière, l’appel de Paris est irrésistible", a-t-elle assuré.

Hollande, Sarkozy et le mystère des codes nucléaires

© Reuters

"Hollande est obsédé par Sarkozy"
La député de l’Essonne est également revenue sur la boutade du chef de l’Etat, samedi, au Salon de l’Agriculture, qui a définitivement envoyé son prédécesseur à la retraite : "ce n’est pas la première petite blague de mauvais goût ces derniers temps. Cela s’inscrit en rupture avec une tradition de la Ve République : quand l’élection est passée, on ne la refait pas. On a l’impression que François Hollande est obsédé par Nicolas Sarkozy. C’est un dérapage, cela n’a pas sa place dans la bouche d’un président de la République", a-t-elle estimé, très remontée, glissant au passage rencontrer "Sarkozy à peu près une fois par mois."

>> A LIRE SUR LE LAB : Hollande enterre Nicolas Sarkozy d'une petite blague