NKM, le retour en grâce de l'écolo

  • A
  • A
NKM, le retour en grâce de l'écolo
@ MAXPPP
Partagez sur :

Nathalie Kosciusko-Morizet est promue n°4 du gouvernement au ministère de l'Ecologie.

Elle s'est levée vendredi matin en tant que secrétaire d'Etat à l'Economie numérique. Nathalie Kosciusko-Morizet se couchera dimanche soir comme ministre de l'Ecologie. Un poste qui la propulse numéro quatre du nouveau gouvernement. A 37 ans, NKM prend sa revanche sur son ancien ministre de tutelle, Jean-Louis Borloo qui a quitté le gouvernement.

Un ministère moins puissant

Elle devra toutefois s'accommoder d'un portefeuille qui a perdu, outre sa qualité de "ministère d'Etat", la gestion de l'Energie qui revient à Eric Besson, désormais ministre de l'Industrie. NKM n'aura par ailleurs qu'un seul secrétaire d'Etat, Thierry Mariani, que l'on a jusqu'à présent plus entendu parler de sécurité que d'écologie.

Polytechnicienne et ingénieur du Génie rural et des Eaux et forêts, cette mère de famille est en pointe sur les sujets écologiques depuis très longtemps. Lorsqu'elle devient secrétaire d'Etat à l'Ecologie en 2007, elle est déjà chargée des questions d'environnement à l'UMP depuis cinq ans. Elle avait également conseillé Jacques Chirac sur ce thème.

Au gouvernement, ses relations sont d'emblée compliquées avec son ministre de tutelle, Jean-Louis Borloo, architecte avec elle du Grenelle de l'environnement. Elles se dégradent définitivement en avril 2008, lors du débat sur les OGM à l'Assemblée nationale. NKM se sent lâchée, face aux députés de la majorité, et reproche à Jean-Louis Borloo sa "lâcheté". Un écart de langage qui lui coûte son poste.

Une ministre 2.0

NKM est ensuite nommée à l'Economie numérique. Un poste qui convient bien à cette férue de nouvelles technologies et twitteuse assidue. Nathalie Kosciusko-Morizet assure dans tous les médias qu'il ne faut pas y voir une rétrogradation et peaufine son statut de "ministre 2.0".

Elle est d'ailleurs la premières des ministres du nouveau gouvernement à s'être exprimée sur le site de micro-blooging dès dimanche soir. "Merci a tous pour vos twitts sympa a l'occasion de ce remaniement", a-t-elle écrit, avant d'ajouter quelques instants plus tard : "Pardon. Avec un "s" a sympa.