Nicolas Sarkozy va fixer le cap

  • A
  • A
Nicolas Sarkozy va fixer le cap
@ REUTERS
Partagez sur :

Le chef de l’Etat devrait détailler mardi soir la feuille de route du nouveau gouvernement.

Quarante-huit heures à peine après le remaniement très attendu de son gouvernement, le chef de l'Etat répondra en direct depuis l'Elysée, mardi soir, et pendant plus d'une heure et demie, aux questions de TF1, France 2 et Canal Plus, a fait savoir son conseiller en communication Franck Louvrier.

Justifier ses choix

Le principe de l'émission a été arrêté bien avant le remaniement, la semaine dernière, mais les dernières modalités ont été arrêtées après l'annonce de la composition de la nouvelle équipe gouvernementale. Symboliquement, le chef de l'Etat sera interrogé dans le salon Murat, là-même où se déroulera mercredi le premier Conseil des ministres de ce gouvernement. Nicolas Sarkozy sait qu'il devra s'expliquer sur la composition de sa nouvelle équipe. Le président devrait revenir, notamment, sur son choix de mettre fin à l'ouverture à gauche dont il avait fait sa marque de fabrique, mais aussi sur la mise à l'écart des centristes.

>> En images : le nouveau gouvernement, ici

Selon son entourage, Nicolas Sarkozy donnera, également, des détails sur la réforme fiscale, le gros chantier de la première moitié de 2011. Un de ses proches a confié qu’il parlerait du bouclier fiscal. Un dispositif critiqué il y a quelques mois par Alain Juppé, désormais numéro deux du gouvernement. Le chef de l'Etat abordera d'autres dossiers importants comme la réforme de la dépendance ou encore la présidence du G20.

Réaffirmer son autorité

Comme il fallait s'y attendre, cette explication de texte télévisée, la première depuis celle du début juillet en plein remous de l'affaire Woerth-Bettencourt, précédera la déclaration de politique générale du Premier ministre devant les députés, prévue une semaine plus tard, le 24 novembre.

En écho à ses propos sur la prééminence présidentielle la semaine dernière lors du 40e anniversaire de la mort du général de Gaulle, le président a marqué ainsi son autorité sur un François Fillon devenu incontournable, et peut-être un peu vite qualifié "d'hyper Premier ministre".

L'essentiel des priorités de l'exécutif est connu. Sitôt reconduit, François Fillon a cité dimanche "l'emploi", les "solidarités" et la "sécurité", sur fond de rigueur budgétaire. Quant à Nicolas Sarkozy, il a déjà largement évoqué ses futurs chantiers d'ici 2012, de la dépendance à la réforme fiscale, en passant par l'emploi des jeunes et la justice.