Nicolas Sarkozy sur la Grande boucle

  • A
  • A
Nicolas Sarkozy sur la Grande boucle
Partagez sur :

Le chef de l’Etat a salué mercredi, "la leçon de vie" donnée par Lance Amstrong après avoir suivi la 17ème étape du Tour de France.

Grand amateur de cyclisme, Nicolas Sarkozy s'est rendu mercredi après-midi sur le Tour de France pour suivre la fin de la principale étape des Alpes entre Bourg-Saint-Maurice, et Le Grand-Bornand. Le chef de l'Etat a salué "la leçon de vie" donnée par Lance Amstrong revenu à "37 ans avec un esprit de jeune homme".

Sans vouloir faire de pronostic pour le podium des Champs-Elysées, le président a souligné que "Contador est au-dessus du lot, mais les frères Schleck m'ont bien impressionné". "Ca me fait plaisir de voir le monde au bord des routes", a encore dit Nicolas Sarkozy, ajoutant qu'"en période de crise où il y a beaucoup de souffrance, un spectacle populaire, gratuit, ça compte aussi pour la cohésion nationale".

Pour Christian Prudhomme, le directeur du Tour de France, le chef de l'Etat a choisi "l'étape la plus dure" de la Grande boucle édition 2009 :

A l'occasion d'un entretien accordé à l'animateur Michel Drucker pour une émission sur les armées diffusée le 14 juillet, Nicolas Sarkozy avait défendu sa passion pour le vélo et le Tour de France. "Le mois de juillet sans le Tour de France, ce ne serait pas un mois de juillet (...) le Tour de France est un grand moment d'union nationale", avait-il estimé, confiant qu'il regardait l'arrivée des étapes de l'épreuve dès "que j'ai une minute dans l'après-midi".

Nicolas Sarkozy s'était déjà invité, il y a deux ans, à une étape dans les Alpes de la Grande boucle, entre Val-d'Isère et Briançon, quelques semaines seulement après son élection. Il n'avait pu le faire en revanche en 2008 pour cause de présidence française de l'Union européenne.

Avant lui, les visites d'un président sur le Tour de France étaient très rares. En 1998, Jacques Chirac avait suivi une partie d'un contre-la-montre de Corrèze. En 1975, Valéry Giscard d'Estaing avait remis à Paris le maillot jaune de vainqueur à Bernard Thévenet.

Europe1.fr avec Loïs Le Dü