Nicolas Sarkozy : "la règle apaise les tensions, l'autorité calme les esprits"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le candidat à la primaire de la droite a justifié sa campagne ferme et très à droite, lundi sur Europe 1.

INTERVIEW

Islam, immigration, identité... Nicolas Sarkozy s'est-il droitisé pour faire campagne pour la primaire de la droite ? "Mon envie, c'est de dire que c'est moderne de parler de la France", a justifié le candidat, lundi, au micro d'Europe 1. "La France ce n'est pas fini. Je suis tout à fait opposé à la pensée unique."

Pas d'angélisme. Selon lui, "le pays a un problème : le chômage. La société française a un problème : la montée des communautarismes" et l'intégration d'un "islam de France". "Si c'est être ferme, voire violent que de dire cela, alors ne parlons pas de la réalité", s'est-il emporté. L'ancien chef de l'État, qui taxe ses détracteurs d'angélisme, estime que seul son discours intransigeant est à même de résoudre ces difficultés. "La règle apaise les tensions, l'autorité calme les esprits."

"Aujourd'hui, la montée des communautarismes est en train de tester la résilience, la résistance de la République", a ajouté Nicolas Sarkozy. "Je fais campagne pour convaincre les Français qu'il y a des solutions. Nous ne voulons pas de burkini sur les plages, nous ne voulons pas de voile."