Nicolas Hulot : "Je n'arrive pas avec une baguette magique" contre la pollution

  • A
  • A
Nicolas Hulot : "Je n'arrive pas avec une baguette magique" contre la pollution
L'ancien animateur vedette de l'émission nature Ushuaia a rappelé qu'il avait été de "l'autre côté", celui des citoyens défenseur de l'environnement.@ AFP
Partagez sur :

Le ministre en charge de la Transition écologique s'est rendu vendredi dans la vallée de l'Arve pour tenter de résoudre les problèmes de pollution de l'air. 

Nicolas Hulot a reconnu ne "pas arriver avec une baguette magique" pour résoudre les problèmes de pollution de l'air chronique dans la vallée de l'Arve , vendredi devant des habitants venus l'interpeller à Chamonix, en Haute-Savoie.

"Cette vallée est un cas d'école". Le ministre d'État en charge de la transition écologique était attendu avec une banderole "nos vallées polluées, populations en danger", souvent déployée lors des manifestations de l'hiver dernier marqué par des pics de pollution inédits. "Je n'arrive pas avec une baguette magique. Si vous en avez une, je la prends !", a déclaré le ministre, lors d'un échange à bâtons rompus devant les grilles de sécurité.  "Ne me demandez pas de vous faire une promesse que l'hiver prochain, tout ira bien. (..) Cette vallée est un cas d'école, si on arrive à faire quelque chose d'intelligent ici, ce sera reproductible", a-t-il assuré.



La ministre de la Santé, interpellée sur la qualité de l'air. L'ancien animateur vedette de l'émission nature Ushuaia a rappelé qu'il avait été de "l'autre côté", celui des citoyens défenseur de l'environnement. "Faites moi confiance, c'est une étape (...) une transition écologique, ça se construit avec les citoyens", a-t-il insisté. Des citoyens tentaient en parallèle d'avertir la ministre de la Santé Agnès Buzyn: "toutes les usines ont été fermées sur votre passage, Madame la ministre, on vous cache tout ! D'habitude, sur le viaduc, l'air qu'on respire ne sent pas bon !".

Chaque année, au moins 550.000 camions empruntent le tunnel du Mont-Blanc. "Donnez aux gens l'envie d'avancer", pouvait-on entendre parmi la cinquantaine de manifestants. "C'est que du bla bla", lançait une autre, quand une troisième tentait de décrire le quotidien des enfants scolarisés dans le fond de la vallée. Une pancarte "stop the trucks" ("arrêtez les camions") venait aussi rappeler la demande récurrente des habitants de voir diminuer le trafic des quelque 550.000 camions qui empruntent chaque année le tunnel du Mont-Blanc. "Si rien n'avance avec lui (Nicolas Hulot, ndlr), c'est mort", a lâché un citoyen alors que le ministre s'apprêtait à présenter ses nouvelles mesures pour la vallée.