Nicolas Bay (FN) sur la sortie de la zone euro : "Les Français n’ont pas suivi"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le secrétaire général du FN estime que les électeurs n’ont pas été séduits par la proposition de son parti de sortir de la zone euro. 

INTERVIEW

Pour Nicolas Bay, "les Français n’ont pas suivi" le Front national sur la sortie de la zone euro, l’une des mesures phares du programme de Marine Le Pen à la dernière présidentielle. "Ça fait partie des sujets dont on parlera après les législatives, d’une manière beaucoup plus large sur la manière dont on présente notre projet", a poursuivi le secrétaire général du FN et directeur de la campagne du parti aux élections législatives, jeudi soir au Club de la presse d'Europe 1.



"Sur cette question nous n’avons pas convaincu". Depuis la fin de l’élection présidentielle, la question de la sortie de la zone euro, défendue par Florian Philippot, fait débat au sein du FN. "Il est évident que sur cette question nous n’avons pas convaincu. On peut néanmoins faire le constat que le système monétaire nous dessert. La question est : que propose-t-on comme alternative ?", s’est demandé Nicolas Bay.



Le secrétaire général du FN avait notamment dénoncé au lendemain du premier tour des législatives des "voix discordantes" au sein du parti frontiste pendant la campagne, visant sans le nommer Florian Philippot. Il avait également appelé le FN à "s'interroger" sur son "programme" et son "organisation". Nicolas Bay a été éliminé au premier tour des législatives dans la 6e circonscription de Seine-Maritime, avec 22,78% des suffrages contre 26,78% pour le candidat LREM et 22,82% pour le candidat PCF. 

"Je condamne les violences". Nicolas Bay, interrogé sur l'agression de Nathalie Kosciusko-Morizet jeudi, a également condamné les "violences d'une manière générale". "Je condamne ces violences d'une manière générale, pas seulement cette violence dont a été victime", a-t-il réagi.