NDDL : "Ségolène Royal prend le contre-pied de la démocratie"

  • A
  • A
NDDL : "Ségolène Royal prend le contre-pied de la démocratie"
Le patron des députés PS ne "comprend pas" les déclarations de Ségolène Royal sur Notre-Dame-des-Landes.@ THOMAS SAMSON / AFP
Partagez sur :

Bruno Le Roux ne comprend les déclarations de la ministre de l'Environnement qui a appelé ce week-end à "arrêter les frais" concernant Notre-Dames-des-Landes.

Bruno Le Roux, chef de file des députés PS, a critiqué lundi la position de la ministre de l'Environnement sur le projet controversé d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, estimant que "Ségolène Royal prend le contre-pied de la démocratie".

Respecter le référendum. "Je ne comprends pas. Ségolène Royal prend le contre-pied de la démocratie qui s'est exprimée, à plusieurs reprises et donc je ne comprends pas cette position", a déclaré Bruno Le Roux sur France 2. "Quand il y a eu un référendum, on respecte ce référendum. On n'est plus sur un débat politique aujourd'hui", a-t-il poursuivi. "Les habitants du département ont tranché, la justice a tranché. (...) On ne revient pas sur la parole du Premier ministre (...) et on ne joue pas avec la démocratie".

"Incompréhensible". Ségolène Royal a jugé dimanche qu'il valait "mieux arrêter les frais" à Notre-Dame-des-Landes, alors que Manuel Valls a assuré que l'évacuation des occupants du site "se fera(it)" dès "cet automne", malgré "des craintes de violences". "Les élus locaux ne veulent pas perdre la face, c'est compréhensible. Mais le résultat du référendum, positif pour eux, leur permet justement de prendre acte de cette caution tout en reconnaissant que devant le blocage sur le terrain, il vaut mieux arrêter les frais. L'évacuation se ferait alors pacifiquement", a développé dans le JDD Ségolène Royal, défavorable de longue date à une expulsion par la force des zadistes occupant le site de l'aéroport.