NDDL : à l'issue du 23 avril, "tout ce qui doit être évacué, le sera", affirme Macron

  • A
  • A
NDDL : à l'issue du 23 avril, "tout ce qui doit être évacué, le sera", affirme Macron
Le chef de l'Etat entend faire respecter "l'ordre républicain" à Notre-Dame-des-Landes. @ AFP
Partagez sur :

Le chef de l'État a prévenu dimanche qu'à l'issue d'un nouveau délai donné aux zadistes de Notre-Dame-des-Landes, les évacuations pourraient reprendre. 

Emmanuel Macron a affirmé dimanche que "tout ce qui devra être évacué le sera" sur la Zad de Notre-Dame-des-Landes, à l'issue du nouveau délai de régularisation fixé au 23 avril aux occupants illégaux. "Il y a une phase de négociation pour traiter les projets dignes, les projets respectueux, les projets alternatifs dans le cadre républicain, mais pour le reste, l'ordre sera fait parce que notre République a besoin d'ordre et d'égalité", a déclaré le chef de l'État dans une interview à BFMTV, RMC et Mediapart.

Faire respecter "l'ordre républicain". "Nous laissons ce délai complémentaire pour ceux qui portent un projet mais à l'issue de ce délai tout ce qui doit être évacué sera évacué. L'ordre républicain doit être respecté", a-t-il martelé. Vendredi matin, au lendemain de l'annonce de la fin des opérations d'expulsion, la préfecture a tendu la main aux zadistes, y compris les expulsés, en les invitant à déclarer leurs projets d'ici le 23 avril pour amorcer un "processus de régularisation". Le chef de l'État a estimé en outre que que la "colère" des opposants à l'évacuation de la Zad n'était "pas légitime". "Vous avez des gens qui reviennent et qui n'ont rien à voir avec le conflit mais qui veulent juste le désordre", a-t-il dénoncé.