Naissance d'un nouveau parti d'extrême-droite en France

  • A
  • A
Naissance d'un nouveau parti d'extrême-droite en France
Partagez sur :

Le Bloc identitaire, réuni samedi à Orange, a décidé de se constituer en parti politique et va participer aux élections régionales.

Le président du mouvement d'extrême-droite Bloc identitaire, Fabrice Robert, réuni samedi en convention à Orange dans le Vaucluse, a annoncé la participation du Bloc aux élections régionales.

"Parmi les principales annonces que nous voulons faire aujourd'hui, la première, c'est que le Bloc identitaire se constitue officiellement en parti politique, tout d'abord pour solidifier sa vitrine, mais également pour favoriser son financement", a d'abord précisé le leader du mouvement d'extrême droite. Il était entouré notamment de l'Italien Mario Borghezio, député européen, membre de la Ligue du Nord, et de Dominique Baettig, membre du parti populiste suisse Union démocratique du centre (UDC), invités de la convention.

"Autre annonce importante, c'est que nous allons multiplier, dans les mois à venir, notre présence sur le terrain électoral, tout d'abord, dans les régionales, et dans les mois qui suivront, dans les cantonales", a-t-il ajouté, précisant que "les identitaires vont participer partout où cela sera possible aux prochaines élections régionales". A cet égard, le Bloc identitaire envisage de rejoindre la liste baptisée "Ligue du Sud" et conduite par le maire d'Orange, Jacques Bompard (MPF), en Provence-Alpes-Côte-d'Azur (Paca).

Une liste "Alsace d'abord" doit également être présentée dans cette région et une autre, baptisée "Ligue du midi", dans le Languedoc-Roussillon. Selon Philippe Vardon, porte-parole de l'organisation niçoise "Nissa Rebela" et membre du Bloc identitaire, une participation est également envisagée dans quatre autres régions dans l'Est, le Nord-Ouest et l'Ouest du pays, a-t-il dit sans plus de précision.

"L'objectif, c'est de développer les identitaires et d'inscrire durablement ce mouvement dans le paysage politique", a souligné Fabrice Robert, précisant que son mouvement revendiquait 2.000 adhérents.