Nadine Morano s'en prend encore à Rama Yade

  • A
  • A
Nadine Morano s'en prend encore à Rama Yade
Partagez sur :

La secrétaire d'Etat à la Famille critique sa collègue des Sports. "Soit on se tait, soit on s'en va", lui suggère-t-elle.

"Quand on n'est pas d'accord avec la politique menée par le gouvernement, c'est simple : "où on ferme sa gueule, ou on démissionne", vous connaissez l'adage, donc on peut se l'appliquer à chacun", a déclaré dimanche Nadine Morano à propos de Rama Yade. La secrétaire d'Etat chargée de la Famille déplore l'attitude de sa collègue des Sports, coupable à ses yeux, de ne pas jouer assez collectif au sein du gouvernement et de la majorité. "Lorsqu'on n'est pas d'accord, on fait un choix, soit on se tait, soit on s'en va", a poursuivi Nadine Morano, invitée de Canal +.

Filant la métaphore sportive, Nadine Morano a également critiqué les réticences de Rama Yade à se présenter aux élections régionales dans le Val d'Oise, mettant en avant sa préférence pour les Hauts-de-Seine. "C'est comme dans une équipe de foot : il faut mettre le meilleur joueur là où il doit être, à sa place pour marquer ensemble des buts", a-t-elle estimé. "Quand vous faites de la politique, vous le faites dans une stratégie collective", a-t-elle ajouté tout en soulignant, néanmoins, que Rama Yade apporterait "une valeur ajoutée n'importe où".

A l'hiver 2008, lorsque Rama Yade avait refusé de se présenter aux élections européennes alors que Nicolas Sarkozy le lui demandait, Nadine Morano avait déjà sévèrement critiqué la secrétaire d'Etat. Elle avait estimé qu'être issue de la diversité ne pouvait constituer un "bouclier". "Rama Yade a des devoirs comme tous les membres du gouvernement, c'est pas parce qu'on est issu de la minorité qu'on n'a pas de devoirs. On a des devoirs au même titre que les autres, on n'est pas une icône, on est là pour servir son pays", avait tancé Nadine Morano.

Cette stratégie n'empêche pas Rama Yade, nommée secrétaire d'Etat aux sports lors du dernier remaniement, d'être, selon les sondages de popularité, la personnalité politique préférée des Français.