"Murmures à la jeunesse" : "du Taubira dans toute sa splendeur"

  • A
  • A
"Murmures à la jeunesse" : "du Taubira dans toute sa splendeur"
@ DOMINIQUE FAGET / AFP
Partagez sur :

DÉCRYPTAGE - La biographe non officielle de Christiane Taubira, Caroline Vigoureux, décrypte pour Europe 1 l’ouvrage de l’ex-garde des Sceaux. 

Christiane Taubira n’en finit plus d’occuper l’espace médiatique. Après sa démission magistralement orchestrée, l’ex-garde des Sceaux a publié lundi un livre Murmures à la Jeunesse ( Ed. Philippe Rey) et donné mardi une interview au Monde. Une communication ultra-maîtrisée qui transparaît aussi dans son ouvrage, imprimé dans le plus grand secret en Espagne, et qui sur le fond, ne laisse place à aucune petite phrase. "Elle n’est en aucun cas dans le registre personnel comme l’avait été Cécile Duflot", explique Caroline Vigoureux, auteur de Le mystère Taubira (Plon, 2015). "Elle redit son opposition à la déchéance de nationalité, elle reste sur la justification de ce désaccord politique". 

La journaliste de L’Opinion commente pour Europe 1 des extraits de l’ouvrage de l’ancienne ministre de la Justice.

  • Le style Taubira

"Comme Paul Eluard, 'j’ai besoin des oiseaux pour parler à la foule'. Lorsque la foule, c’est vous, harmonie d’individualités dissipées et sensitives ".

"Ce livre, c’est du Taubira dans toute sa splendeur ", commente Caroline Vigoureux. "Il y a du lyrisme, des rappels historiques, des références littéraires et musicales, un brin de philosophie… On la retrouve de A à Z". "Elle est fan de littérature, elle a besoin d’y faire référence pour appuyer ses combats. Toute petite, elle lisait des pages et des pages toute seule", explique-t-elle encore. Mais la journaliste doute que ce style parfois lourd et ampoulé soit "le meilleur pour s’adresser à la jeunesse", alors que cet ouvrage lui est pourtant dédié.

  • La Guyane, terre d’attache

"Je viens des Outremers. (…) C’est ce que m’enseigne mon origine, si tant est qu’une occurrence aussi contingente puisse faire leçon ".

C’est l’une des rares fois où Christiane Taubira dit "je" dans son livre lorsqu’elle évoque ses origines guyanaises. "Elle reste guyanaise, c’est vraiment ce qui la définit", explique Caroline Vigoureux. "Elle était indépendantiste et c’est toujours ancré en elle. C’est ce que me disent les milieux politiques guyanais".

  • La déchéance de nationalité et Manuel Valls

"Une pensée me taraude. Même dans quinze ans, vingt ou plus, la seule idée qu’une personne pourrait, du fait de sa double nationalité, être bannie à tort de la communauté nationale, ou en être apeurée, me paraît terrifiante".

Christiane Taubira consacre une vingtaine de pages à la déchéance de nationalité, ce "désaccord politique majeur" qui l’a décidée à quitter le gouvernement. L’ex-garde des Sceaux évoque aussi la responsabilité de la gauche qui doit faire la différence entre "le nationalisme et le patriotisme", "entre la sûreté et la sécurité". Une référence à Manuel Valls ? "Le Premier ministre est complètement en creux", assure Caroline Vigoureux. "Elle dit aussi qu’il faut comprendre le phénomène djihadiste alors que Manuel Valls avait déclaré le 9 janvier qu''expliquer le djihadisme, c’est déjà vouloir un peu excuser'". Pourquoi ne pas jamais citer directement Manuel Valls ? "Elle n’a pas envie d’être dans l’attaque personnelle, elle sait aussi que si elle cite Valls, on ne va retenir que ça".

  • La loyauté vis-à-vis de François Hollande

"Le Président parle à la presse. Il parle en fait aux Français. La voix est ferme, les mots tranchants, le ton ardent et bienveillant".

Ce n’est que dans la postface consacrée aux attentats du 13 novembre que Christiane Taubira raconte et s’attache aux faits. Elle évoque notamment le rôle de François Hollande. "Elle est vraiment marquée par le sceau de la loyauté", commente Caroline Vigoureux. "Elle a toujours considéré qu’il était la seule personne à prendre des décisions car il a été élu au suffrage universel direct". Pour la journaliste, ces "deux bêtes politiques très différentes se respectent. Lui a parfois eu peur de son côté indomptable mais elle a toujours réussi à jouer son rôle d’équilibriste à la perfection, en ne franchissant jamais la ligne jaune".