Municipales : le FN a une carte à jouer

  • A
  • A
Municipales : le FN a une carte à jouer
Le Front national pourrait se maintenir dans un tiers des grandes villes françaises lors des municipales de 2014, selon un expert.@ MAXPPP
Partagez sur :

Selon un expert électoral, le Front national pourrait se maintenir dans un tiers des grandes villes.

Villeneuve-sur-Lot pourrait être un aperçu de ce qui se jouera dans moins d’un an, lors des élections municipales. Selon l’expert électoral Xavier Chinaud, le Front national pourrait, comme son jeune candidat à la législative partielle dans le Lot-et-Garonne, se maintenir au second tour dans 80 des 240 villes de plus de 30.000 habitants. Pour étayer son pronostic, le politologue s’appuie sur des études des scores du FN lors des scrutins précédents et sur celle des configurations politiques locales.

"L’emmerdement maximum". Et pour Xavier Chinaud, en cas de triangulaire, gauche et droite ont du souci à se faire. "Ça s’appelle l’emmerdement maximum", sourit l’expert électoral, interrogé par Europe 1. "Je pense qu’ils nuiront principalement à des maires sortants de droite. Je prends l’exemple d’Aix-en-Provence, où la maire sortante, face-à-face avec la gauche, a des chances de s’en sortir. Mais si le Front passe la barre, elle est morte. Je vois une bonne quinzaine de villes aujourd’hui dans lesquelles ça peut se produire", précise-t-il. La gauche doit-elle aussi s’inquiéter ? "Absolument", répond Xavier Chinaud, exemple à l’appui. "Je pense à Aubagne. Dans le Nord, j’en ai aussi repéré quelques-unes où là, en cas de triangulaire, ce sera un candidat de droite qui récupèrera la majorité relative", s’avance l’expert.

L’UMP préoccupée. Au PS, on ne se dit pas très inquiet de ce type de scénario, renvoyant le problème à la droite. L’UMP est d’ailleurs consciente du risque. "Le FN nous privera de beaucoup de victoire, ou pire, certains candidats voudront s’allier avec eux", s’alarme un dirigeant sous couvert d’anonymat.

Le point faible du FN. Mais dans les états-majors de droite comme de gauche, on mise sur le handicap majeur du FN, à savoir la difficulté à constituer des listes dans toutes ces villes. Un cadre frontiste avoue d’ailleurs qu’ils ne pourront pas être présents partout. Peut-être au maximum dans 180 grandes villes.