Municipales : Coquerel (LFI) ne veut pas des "vieilles combinaisons"

  • A
  • A
Municipales : Coquerel (LFI) ne veut pas des "vieilles combinaisons"
Eric Coquerel refuse des "listes cartélisées" pour les municipales.@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

Le député insoumis a vivement critiqué vendredi l'hypothèse d'une alliance des gauches pour les municipales, évoquée par le socialiste Emmanuel Maurel.

Eric Coquerel (LFI) ne souhaite pas reconstituer une "défunte union de la gauche" avec de "vieilles combinaisons" et des "listes cartélisées" aux municipales de 2020, souhaitant plutôt que La France insoumise représente le "levier principal" d'une "alternative", a-t-il dit vendredi. Emmanuel Maurel, député européen et candidat au poste de Premier secrétaire du PS, s'était prononcé jeudi en faveur d'une "alliance de toute la gauche" pour les élections municipales de 2020.

Se "retrouver sur le terrain des luttes". "Rien de ce qui est à gauche ne nous est étranger [...] Si les Insoumis partagent un certain nombre de nos convictions, si on se retrouve sur le terrain des luttes, s'il y a des convergences dans les débats, il faudra assumer ça", avait-il dit, estimant cependant qu'une telle coalition ne serait pas possible pour les élections européennes de 2019. La France insoumise envisage-t-elle cette possibilité ? "C'est très loin les municipales", a réagi le député LFI Eric Coquerel, interrogé sur LCP.

"Une nouvelle façon de voir la politique". "Si c'est des listes cartélisées, où on essaye de reconstruire une espèce d'union de la gauche avec un Parti socialiste dont on ne sait même pas où il se situe [...], on ne souhaite pas revenir sur ces espèces de machins qui reconstituent une défunte union de la gauche", a-t-il déclaré. "Il y a une nécessité de construire une alternative, et je pense que LFI peut en être le moteur, le levier principal, avec ceux qui souhaiteront mais à condition que ce soit au service d'un mouvement citoyen, d'une nouvelle façon de voir la politique", a poursuivi l'élu de Seine-Saint-Denis.

"Pour les municipales, je pense qu'on pourrait développer encore plus le fait d'avoir des listes citoyennes avec des associations, je pense que les gens n'ont pas envie de revenir aux vieilles combinaisons", a-t-il conclu.