Municipales : ce logiciel fait rêver la gauche

  • A
  • A
Municipales : ce logiciel fait rêver la gauche
@ MaxPPP
Partagez sur :

L’INFO POLITIQUE - Un outil inspiré d’Obama permet de professionnaliser la campagne des candidats PS.

Contexte. L’un des défis des élections municipales de mars 2014 sera de mobiliser les électeurs. La gauche, notamment, craint une forte abstention de son électorat, déçu par l’action du gouvernement. Mais, selon Caroline Roux, éditorialiste politique d’Europe 1, les candidats de la majorité ont trouvé une arme pour s’imposer dans les urnes : un logiciel.



Nation Builder, ce faiseur d'électionspar Europe1fr

Une idée piquée à Obama. Ce nouveau joujou s’appelle Nation Builder. Quand Patrick Menucci s’est imposé au second tour de la primaire socialiste à Marseille avec 300 voix d’écart, c’est vers les équipes de Nation Builder qu’il s’est tout de suite tourné pour leur dire un grand merci. Celui qui défendra les couleurs du PS dans la bataille municipale face à l’inamovible Jean-Claude Gaudin est persuadé que c’est ce nouvel outil qui l’a fait gagner.

Ce logiciel est directement inspiré de la campagne d’Obama en 2008 et des techniques de marketing direct. L’idée est d’utiliser toutes les informations dont on dispose sur les électeurs potentiels pour cibler directement les messages qu’on leur adresse. Et ainsi faire des mails ou des SMS de rappel à mobilisation sur mesure. Le jour du vote, cela permet également d’ajuster son organisation. Si, par exemple, un quartier ne se mobilise pas, le logiciel permet en un clic de retrouver la liste de ceux à recontacter dans la dernière ligne droite. Une professionnalisation de la campagne, en somme.

130330OFR3066

Le travail des militants va changer. La recette marche tellement bien que, depuis la victoire socialiste à Marseille, le téléphone de Benoit Thieulin (photo), PDG de La Netscouade, qui a mis en place le logiciel, ne cesse de sonner. Les candidats et les militants socialistes sont d’ailleurs déjà en formation à Reims, Argenteuil ou encore Bordeaux. Car non, la machine ne remplacera jamais l’efficacité d’un porte-à-porte. Les équipe d’Obama avaient calculé qu’il fallait distribuer 100.000 tracts pour récupérer un vote et 15 porte à porte pour faire bouger une voix. La mission des militants sera donc en priorité d’aller au contact, de collecter des informations qui seront rentrées dans la base de données afin d’affiner les profils des électeurs. Fini le collage des enveloppes et le tractage dans le vide  à la sortie du métro. Mais que les militants gardent bien en tête le message répété par les équipes de Nation Bouilder : un logiciel ne fera pas oublier aux électeurs l’action du gouvernement.