Moscovici sur Macron : "C'est plutôt une bonne nouvelle pour la droite"

  • A
  • A
Partagez sur :

Invité du Club de la Presse d'Europe 1, mardi, le commissaire européen a réagi à la probable annonce de candidature de l'ancien ministre de l'Economie à l'élection présidentielle.

INTERVIEW

La décision officielle pourrait intervenir mercredi. Selon Reuters, qui cite des membres de l'entourage d'Emmanuel Macron, l'ancien ministre de l'Economie devrait annoncer sa candidature à l'élection présidentielle à Bobigny, en Seine-Saint-Denis. Invité du Club de la Presse d'Europe 1, mardi soir, Pierre Moscovici a estimé qu'il ne s'agissait "pas d'une surprise". "Cette candidature a déjà été tellement distillée que le risque, c'est que cela n'apparaisse pas comme étant un événement", a réagi le commissaire européen, ancien membre du gouvernement Hollande.

"Le narcissisme de la petite différence". Pour Pierre Moscovici, une candidature Macron signifie que la gauche "risque de connaître une division supplémentaire dans une élection où l'unité est absolument vitale". "A gauche, on pratique ce que Freud appelait le 'narcissisme de petite différence'", estime-t-il, énumérant : " un premier ministre qui manifestement est aussi à l'offensive, un ancien ministre de l'économie qui doit beaucoup à François Hollande et qui tout à coup se déclare…" Pour le commissaire européen, le constat est "plutôt inquiétant pour la gauche, et plutôt une bonne nouvelle pour la droite".

Un candidat qui fait partie de l'élite. Reconnaissant qu'Emmanuel Macron a "de très grandes qualités", Pierre Moscovici tacle son discours "anti-élites", le comparant à celui du futur président américain Donald Trump. "Quand vous regardez Emmanuel Macron, il est anti-système dans la mesure où il a quitté le gouvernement, mais voilà quelqu'un qui est énarque, je suis énarque aussi, qui est membre d'un grand corps de l'Etat, je le suis aussi, qui a été membre d'un cabinet ministériel, je l'ai été aussi, qui a été ministre, je l'ai été aussi… Et quand je me regarde, franchement, je ne trouve pas que j'ai une tête d'anti-système."

Entendu sur Europe 1
Il faut se garder de toute forme de pronostic
Pierre Moscovici

Pas de candidat naturel. Mais pour Pierre Moscovici, si cette candidature est possible, c'est d'abord parce que celle de François Hollande ne s'impose pas. "Incontestablement, s'il y avait un candidat naturel qui avait été le président de la république, ça se serait su", estime-t-il. "Donc il s'est passé quelque chose qui a empêché cette forme de naturalisation-là." Face à cette multiplication des candidatures, le commissaire européen refuse de prendre les paris : "Il faut se garder, après ce qui s'est passé aux Etats-Unis, de toute forme de pronostic…"