Moscovici : "Il faut ouvrir les portes et les fenêtres" du PS

  • A
  • A
Moscovici : "Il faut ouvrir les portes et les fenêtres" du PS
Partagez sur :

Le député du Doubs a présenté mardi sur Europe 1 sa réflexion autour d’un nouveau modèle de développement économique et social.

Pierre Moscovici profite de ses vacances pour écrire un livre intitulé "Comment la gauche peut gagner en 2012". "Le titre peut paraître surréaliste. Certains me disent ‘c’est les travaux d’Hercule’", a raconté le député socialiste du Doubs, invité d’Europe 1 mardi matin. Il a expliqué avoir répondu à une commande de Martine Aubry, la première secrétaire du PS, et engagé une réflexion sur un nouveau modèle de développement qui lierait "les questions économiques, sociales et écologiques".

"Il faut ouvrir les portes et les fenêtres du Parti socialiste. Il faut en finir avec un certain nombrilisme, avec un certain narcissisme assez insupportable", a assuré Pierre Moscovici. Il faut "se remettre au travail et écouter" les Français, a-t-il ajouté. Précisant : c’est "une ambition que le Parti socialiste n’a pas eue au cours des douze dernières années".

Première étape de cette réflexion : lancer "une grande consultation de tous les Français", autour de la crise qui ne connaît selon lui qu’une "accalmie". Après quatre mois de travail, elle débouchera sur convention nationale pour entériner ce projet. Objectif à court terme fixé par Pierre Moscovici : "les régionales" de 2010.

Et pour la présidentielle de 2012 ? Interrogé sur ses relations avec Dominique Strauss-Kahn, Pierre Moscovici a confié qu’ils leur arrivaient de parler de l’avenir du PS.

Ecoutez un extrait de l'interview de Pierre Moscovici avec Aymeric Caron sur Europe 1 :

DSK "est totalement concentré sur sa tâche qui est de diriger le Fonds monétaire international, une tâche qui le passionne", a assuré le député du Doubs. Avant de préciser qu’il s’agissait d’ "une tâche qui lui donne une expérience internationale qui pourra être utile le moment venu".

> Moscovici veut un nouveau modèle pour le PS