Mort de l'ex-ministre Robert Pandraud

  • A
  • A
Mort de l'ex-ministre Robert Pandraud
@ Capture Ina
Partagez sur :

A la Sécurité en 1986, il avait dû affronter une vague d'attentats à Paris et l'affaire Malik Oussekine.

L'ancien ministre de la Sécurité publique Robert Pandraud (UMP), est mort jeudi matin à l'hôpital Foch de Suresnes, dans les Hauts-de-Seine. Il avait 81 ans.

Starsky et Hutch de 86 à 88

Robert Pandraud était très proche de Charles Pasqua : ils étaient d'ailleurs surnommés "Starsky et Hutch" lors de la première cohabitation (1986-1988) quand l'un était ministre de la Sécurité publique et l'autre ministre de l'Intérieur :





Né le 16 octobre 1928 au Puy, en Haute-Loire, diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris, Robert Pandraud, fils d'instituteur et étudiant boursier, avait été affecté au ministère de l'Intérieur à sa sortie de l'ENA (promotion "Paul Cambon") en 1953.

En 1974, il avait été nommé directeur-adjoint du cabinet du ministre de l'Intérieur, Michel Poniatowski (1974-1975), avant de se voir confier la direction générale de la Police nationale (1975-1978).

Directeur de cabinet de Chirac

Il s'était ensuite tourné vers la politique et avait rejoint, en 1982 à la mairie de Paris, Jacques Chirac, dont il a été le directeur de cabinet. Ce passage à l'Hôtel de ville lui vaudra d'être mis en examen en 2002 pour "détournement de fonds publics et complicité" dans l'affaire des chargés de missions de la Ville de Paris, dont l'enquête est terminée depuis avril 2009.

L'affaire Malik Oussekine

Devenu ministre de la Sécurité, Robert Pandraud avait dû affronter en 1986, avec son ministre de tutelle Charles Pasqua, la vague d'attentats commis à Paris. Sur cette vidéo, les deux ministres assistent à une réunion de crise à l'Elysée, le 19 septembre 1986. Deux jours auparavant, une bombe a explosé devant le magasin Tati de la rue de Rennes, faisant 7 morts.





A la même période, Robert Pandraud avait également à faire à de grandes manifestations lycéennes et étudiantes marquées par la mort du jeune Malik Oussekine, célèbre bavure policière. Atteint d'une déficience rénale, le jeune homme avait succombé au passage à tabac de la police, après une manifestation étudiante. Le ministre avait alors eu cette phrase malheureuse : "Si j'avais un fils sous dialyse, je l'empêcherais de faire le con la nuit".

Conseiller régional d'Ile-de-France de 1992 à 1998 et député de Seine-Saint-Denis de 1986 à 2007, Robert Pandraud, député de Seine-Saint-Denis, présidait depuis 2005 la commission d'organisation et de contrôle des opérations électorales de l'UMP.

REAGISSEZ- Quelle image garderez-vous de Robert Pandraud ?