Mort de Pasqua : Valls salue une "voix originale"

  • A
  • A
Mort de Pasqua : Valls salue une "voix originale"
Charles Pasqua. @ AFP
Partagez sur :

La classe politique a rendu hommage à Charles Pasqua, mort lundi à l'âge de 88 ans.

La mort de Charles Pasqua lundi après-midi à l'âge de 88 ans des suites d'un accident cardiaque a très vite fait réagir les responsables politiques. Tous ont salué la mémoire de ce "grand monsieur", ancien sénateur et ministre de l'Intérieur à deux reprises.

Le "très grande émotion" de Sarkozy. Dans un communiqué, Nicolas Sarkozy a estimé que "la France perd l'un de ses plus grands serviteurs". "C'est avec une très grande tristesse et une très grande émotion que je viens d'apprendre la disparition de Charles Pasqua", a déclaré l'ancien chef de l'Etat. "Il était l'incarnation d'une certaine idée de la politique et de la France, faite d'engagement, de courage et de convictions", a-t-il encore souligné.

"Charles Pasqua incarnait une certaine idée de la France", a salué Manuel Valls sur Twitter, évoquant une "voix originale et parfois controversée".



La génération Charles Pasqua. "Je fais partie d'un génération formidablement marquée par Charles Pasqua", a réagi sur BFMTV Brice Hortefeux, lui aussi ancien ministre de l'Intérieur de droite. Le député européen a salué "un ministre qui a imprimé sa marque très fortement sur un certain nombre de sujets" comme sur le "terrorisme, l'immigration ou la sécurité".

Claude Guéant, ex-ministre de l'Intérieur de Nicolas Sarkozy, est apparu très ému sur Europe 1 : "c'est d'abord une réaction de grande tristesse parce que j'étais son collaborateur et c'est un homme pour lequel j'ai une profonde admiration". "C'était un homme qui était d'une extraordinaire bonté, toujours très attentif aux gens", poursuit Claude Guéant. "Je pense que le grand public n'en avait peut-être pas conscience parce qu'il donnait l'impression d'être un peu bourru, mais il était vraiment épris d'humanité".

Les élus de Hauts-de-Seine sous le "choc". Charles Pasqua avait fait des Hauts-de-Seine son fief électoral. Les élus du département lui ont rendu un hommage appuyé. "C'est un vrai choc", commente Roger Karoutchi, sénateur des Hauts-de-Seine sur BFMTV, "un choc extraordinaire pour tous ceux qui ont travaillé avec lui". "Il a fait apparaître une nouvelle génération de maires et d'élus. C'était un grand monsieur, un résistant (...), un orateur hors-pair", dit-il encore. 

Patrick Balknay est lui aussi très affecté par la disparition de Charles Pasqua. "Il est l'homme qui m'a poussé à faire de la politique, qui m'a poussé à aller conquérir Levallois, qui était son fief", se souvient sur BFMTV le maire de Levallois. "C'était notre deuxième père. On était très proches de lui", ajoute-t-il. 

Le "cœur fendu" de François Fillon. L'ex-Premier ministre de Nicolas Sarkozy s'est quant à lui exprimé sur son blog. Dans un billet intitulé "le cœur fendu", François Fillon écrit : "Charles Pasqua incarnait l'autorité de la République à une époque où il était de bon ton de moquer la loi (...). Avec lui, pas de langue de bois : la France était la France debout et la République était non négociable". 

La jeune garde sur Twitter. Les responsables politiques ont aussi été nombreux à réagir sur Twitter. Xavier Bertrand a ainsi salué "un grand gaulliste" et fait part de sa "tristesse et de son émotion" tandis que Nathalie Kosciusko-Morizet regrettait que les hommes de son envergure soient trop rares en France. 



Les responsables de gauche sont moins nombreux à réagir mais Bruno Le Roux, le patron des socialistes à l'Assemblée nationale, a tenu à saluer "le résistant attaché à la République". 



Bernard Cazeneuve "salue la mémoire" de Charles Pasqua. L'actuel occupant de la place Beauvau a lui publié un bref communiqué de presse dans lequel il "salue la mémoire de Charles Pasqua". Bernard Cazeneuve a aussi adressé ses "plus sincères condoléances républicaines à sa famille et à ses proches". 

>> ARCHIVES EUROPE 1 : Retour en cinq coups d'éclat sur la carrière de Charles Pasqua :


Charles Pasqua en cinq déclarations fortes sur...par Europe1fr