Morano nettement battue en Meurthe-et-Moselle

  • A
  • A
Morano nettement battue en Meurthe-et-Moselle
@ ©PHOTOPQR/L'EST REPUBLICAIN/ Alexandre MARCHI
Partagez sur :

L'ex-ministre est battue dans la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle.

Elle occupait le fauteuil depuis 2002. L'ex-ministre de l'Apprentissage, l'UMP Nadine Morano a reconnu dimanche soir sa défaite à l'issue du second tour des élections législatives dans la 5e circonscription de Meurthe-et-Moselle. "Je n'ai pas remporté cette circonscription", a-t-elle concédé sur France 2, disant partir avec "le sentiment du devoir accompli".

Son adversaire socialiste Dominique Potier a recueilli 55,67% des suffrages exprimés, contre ses 44,33%. Distancée au premier tour de près de cinq points déjà, l'ex-ministre avait appelé immédiatement les électeurs du Front national (16,45% au premier tour) à se reporter sur sa candidature.

Morano pointe du doigt Dahan

"Je fais partie de ces élus qui aiment la politique des résultats, je crois l'avoir prouvé sur ce territoire. Aujourd'hui, dans cette circonscription qui est très difficile, et je le savais, qui en général joue la bascule électorale, je suis dans cette circonstance de bascule électorale au moment où la gauche a gagné les élections présidentielles", a ajouté l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy.

"Si c'est de la déception, ce que je regrette le plus, ce sont les coups tordus et notamment ceux de Gérald Dahan qui est un militant socialiste, qui à 48 heures des élections législatives a quelque peu sans doute pu intervenir sur ce scrutin de manière extrêmement négative", a-t-elle poursuivi. Sans le canular de l'imitateur, Nadine Morano dialogue avec sympathie avec un faux Louis Aliot, dirigeant du Front national, dans un canular de l'imitateur Gérald Dahan.

Dominique Potier, agriculteur bio 

Son "tombeur", Dominique Potier est un agriculteur passé par le monde associatif avant de rejoindre le PS.

aubry

Très implanté localement, il est maire de Lay-Saint-Rémy depuis 2001 et président d'une communauté de communes depuis 2008, peu de temps après avoir adhéré au Parti socialiste. Se voulant "normal", à l'image de François Hollande et par opposition à la députée sortante, le nouvel élu, qui avait soutenu Martine Aubry lors de la primaire socialiste, se réclame du centre-gauche.

Toujours agriculteur, le nouveau député cultive principalement les céréales, notamment le tournesol, dont il avait offert une bouteille d'huile à Martine Aubry durant la campagne.

>> Voir tous les résultats de la circonscription