Montée du FN : au PS de s'interroger (Fillon)

  • A
  • A
Partagez sur :

François Fillon a estimé lundi que "l'opposition devait aussi s'interroger sur sa propre attitude et sa propre responsabilité dans cette situation", en commentant le sondage donnant Marine Le Pen (FN) en tête du 1er tour de la présidentielle. "Je n'ai pas besoin d'un sondage par ailleurs douteux (...) pour savoir que la présidentielle de 2012 va être difficile", a déclaré le Premier ministre, en marge d'un déplacement à Rueil-Malmaison. Pour lui, "le travail du Premier ministre et du gouvernement, c'est de garder son sang froid, c'est de se concentrer sur les choses qui sont importantes" telles que "la lutte contre le chômage", la "croissance économique" et "la sécurité des Français".

"Qu'on ait un débat d'idées, c'est normal, (mais) depuis quatre ans, jour après jour, avec une violence extrême (...) le Parti socialiste dénigre le président en employant des formules dont les plus récentes sont absolument odieuses", a ajouté François Fillon. Il a fait valoir que cela avait "aussi des conséquences sur le débat politique". "Donc moi, j'attends que l'opposition fasse des propositions, rentre maintenant dans une campagne qui consiste à proposer des solutions réalistes aux problèmes de notre pays", a conclu le chef du gouvernement.