Montebourg et la "soignade"

  • A
  • A
Montebourg et la "soignade"
@ BFM
Partagez sur :

TOUT EST DIT - Après Ségolène Royal, c'est au tour d'Arnaud Montebourg d'inventer un mot.

Tous les matins, Laurent Guimier et la rédaction d'Europe 1 sélectionnent pour vous le meilleur des déclarations et des petites phrases politiques du jour.

Ce mardi, Claude Guéant fait une ultime mise au point après ses propos sur les civilisations qui ne se valent pas toutes. Et pour cause : le Conseil français du culte musulman est monté au créneau et a réclamé des explications officielles au Ministre de l’Intérieur. Une lettre a même été adressée place Beauvau par le président du CFCM Mohammed Moussaoui. Réponse sur Canal+. Claude Guéant joue la carte de l’appaisement. Il rappelle que la République protège le culte musulman.

A gauche, c’est l’interview Angela Merkel-Nicolas Sarkozy qui fait jaser ce matin. La chancelière allemande l'a dit, elle soutiendra Nicolas Sarkozy dans sa campagne. Pour le porte-parole du PS Benoît Hamon, elle lui doit bien ça. Sur iTélé, il évoque une "posture électorale" passagère.

Finalement, c’est l’un des plus proches collaborateurs du Président de la République qui avoue sa gêne de voir Angela Merkel participer à un meeting de Nicolas Sarkozy. Il s’agit d’Henri Guaino, le conseiller spécial du Président. Sur Europe 1 Matin, il se dit "réservé". Il persiste et signe en confirmant que ça ne lui ferait pas plaisir.

Et quand on passe de l’allemand au français, les langues de nos hommes politiques ont parfois tendance à fourcher. Souvenez-vous. En 2007, Ségolène Royal parlait de "bravitude" sur la muraille de Chine. Lundi soir, Arnaud Montebourg a fait aussi bien à l'émission "Mots croisés". En pleine discussion sur l'Allemagne, le socialiste s'emmêle les pinceaux... et invente un mot : la "soignade". Ce n’est ni dans le Larousse, ni dans le Littré !

 Pour finir, sachez que dans le camps de Dominique de Villepin, on croit à la victoire. Les sondages à 1%, on s’en fiche. Le candidat de la République solidaire sait se démarquer. Comment ? Et bien tout simplement parce qu'il "a la classe" et qu'il "est beau gosse". Ce sont ses fans qui le disent dans un reportage réalisé par son équipe de campagne sur un marché d’Argenteuil en banlieue parisienne.

La "cote d'amour au firmament".

"On aggrave le mal par la soignade" (Arnaud Montebourg) :