Montebourg de retour à l’école

  • A
  • A
Montebourg de retour à l’école
@ REUTERS
Partagez sur :

L’ancien ministre de l’Economie veut créer une entreprise. Il a donc décidé d’apprendre son futur nouveau métier.

L’INFO. Arnaud Montebourg n'a aucune intention de disparaître des écrans radars de la vie politique. Mais celui qui n'est plus que conseiller général de Saône-et-Loire pense d'abord à gagner sa vie. Il travaille d’ailleurs sur la création d'une start-up spécialisée dans l'imagerie médicale en 3D. Pour réussir, l’ancien ministre de l’Economie a décidé de mettre tous les atours de son côté. Ce qui passe notamment par une formation dans une école de commerce réputée, l’Insead, a révélé Le Monde.

>> A LIRE AUSSI - Arnaud Montebourg pense déjà à… 2022

Il prend des cours d’anglais pour se préparer. "J’ai décidé de reprendre des cours parce que diriger une boîte est un vrai métier, je m’en suis rendu compte ces deux dernières années", a expliqué l’ancien ministre, particulièrement motivé à l’idée de reprendre le chemin de l’école. Des preuves ? Les cours se déroulant en anglais, Arnaud Montebourg a pris un professeur particulier pour travailler deux heures par jour. Et l’école mettant l’accent sur la vie de groupe, l’élu a décidé de dormir sur place.

>> LIRE AUSSI - Montebourg a-t-il été un bon ministre ?

"Il sera traité exactement comme n’importe quel participant." Du côté de l’école, on se frotte les mains d’avoir un élève si médiatique. "Nous sommes très heureux qu’il se joigne à nous. Son expérience en tant qu’ancien ministre apportera clairement beaucoup à ce programme", estime l’Insead, qui prend soin de préciser qu’Arnaud Montebourg sera "traité exactement comme n’importe quel participant."

Il ne demandera pas de bourse. "Comme n’importe quel participant", le conseiller général de Saône-et-Loire devra donc s’acquitter des frais de scolarité, d’un montant de 34.500 euros hors taxe. Mais contrairement à ce qu’affirme Le Monde, il ne sollicitera pas de bourse pour se faire aider. "C’est une école qui est financée par les entreprises. Il n’y a pas de de demande de fonds publics. Par ailleurs j’en finance une partie sur mes économies personnelles", a-t-il assuré au journal de Saône-et-Loire. La rentrée des classes est prévue pour le lundi 3 novembre, à Fontainebleau.