Montebourg a-t-il un problème de "GPS" ?

  • A
  • A
Montebourg a-t-il un problème de "GPS" ?
@ Philippe Wojazer / Reuters
Partagez sur :

VIDEO - Le directeur de l'OMC, le Français Pascal Lamy, a donné une leçon au ministre.

Et dire qu'ils pourraient faire partie du même gouvernement … Le Français Pascal Lamy, directeur général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), a fustigé vendredi sur BFMTV et RMC Info le diagnostic économique et la politique d'Arnaud Montebourg, pourfendeur de la mondialisation, en estimant que le ministre du Redressement productif avait "quelques problèmes de GPS".

L'actuel directeur général de l'OMC, qui est membre du PS depuis 1969, quittera ses fonctions le 31 août prochain. Il pourrait alors faire son entrée au gouvernement, en cas de remaniement. On imagine déjà l'ambiance en Conseil des ministres ..

Montebourg "n'a pas les bons chiffres en tête" :





Bourdin Direct : Pascal Lamy - 1/03par BFMTV



Le 22 octobre 2012, Arnaud Montebourg avait asséné cette phrase : "le bilan du libre-échange mondial proposé par l'OMC est un désastre". Pascal Lamy a, semble t-il, peu apprécié de tels propos. Vendredi matin, alors qu'on l'invitait à réagir à cette déclaration, le commissaire européen a fait la moue et rétorqué : "une partie du problème vient que, disons, le GPS des Français est un peu détraqué". Et "s'il y a un exemple de GPS qui, à mon avis a quelques problèmes, c'est lui".

"Je pense qu'il n'a pas les bons chiffres en tête. Quand on regarde l'économie française dans le monde tel qu'il est, les problèmes qu'il met en avant - c'est-à-dire, c'est la faute à la concurrence des Chinois - c'est pas ça", a asséné encore l'ancien commissaire européen.

Et le professeur Lamy a continué sa démonstration : "C'est vrai que les Chinois sont payés cinq fois moins que les Français, mais les Chinois sont cinq fois moins productifs que les Français et comme ce qui compte, c'est la productivité horaire, il ne faut pas en déduire que les Chinois font du dumping social", a-t-il expliqué. Avant d'envoyer une dernière pique à l'idéaliste Montebourg : "On ne peut pas en déduire que si la France a des problèmes, c'est le monde qu'il faut changer".