Mignard : "La décision de Hollande ne peut que lui coûter personnellement"

  • A
  • A
Partagez sur :

Pour cet ami intime du président de la République, invité d’Europe 1, François Hollande a renoncé, certainement pas capitulé. 

Jean-Pierre Mignard est un ami intime de François hollande, mais comme beaucoup d’autres, il n’était pas au courant de la décision annoncée par le président de la République jeudi soir de ne pas se présenter pour un second mandat. "Je ne suis pas surpris, mais je ne savais pas",  a assuré l’avocat vendredi matin sur Europe 1. Pas surpris, car il savait que le chef de l’Etat hésitait depuis plusieurs jours.

"La décision ne peut que lui coûter." "Si les conditions avaient été offertes, il aurait continué", a d’ailleurs affirmé Jean-Pierre Mignard. "La question du deuxième mandat, il ne l’a jamais écartée, même s’il savait que c’était un pari difficile. Il a fait un choix de considérer que sa candidature ajouterait du désordre au désordre, de la division à la division", a-t-il analysé. Et si pour ce proche, François hollande n’est pas "assoiffé de pouvoir (…),  la décision ne peut que lui coûter, pour une personne qui a complètement donné sa vie à l’engagement politique."

"Il a renoncé, pas capitulé". Pour Jean-Pierre Mignard toutefois, il ne faut pas voir sans son renoncement un abandon de son action. "Il a renoncé, certainement pas capitulé. Il prenait acte d’une décision compliqué où sa candidature lui apparaissait impossible de mener jusqu’au bout. S’il y a quelqu’un qui est lucide, qui a le sens des rapports de force, c’est bien lui", a-t-il assuré. "Il a voulu sauver la fonction et effecteur ses derniers mois de présidence dans l’intérêt du pays."