Migaud : "il faut maintenir les plans de relance"

  • A
  • A
Migaud : "il faut maintenir les plans de relance"
Partagez sur :

Le président PS de la commission des Finances de l’Assemblée a affirmé dimanche sur Europe 1 que "la crise n’était pas du tout terminée".

"La crise a sûrement franchi une étape mais elle n’est pas du tout terminée", a averti Didier Migaud, invité dimanche du Grand rendez-vous sur Europe 1. "Il faut se garder d’un optimisme trop grand", a ajouté le Président de la commission des Finances, soulignant qu’il faut "maintenir les plans de relances".

Didier Migaud a fustigé le dispositif de remboursement des banques. Le député PS de l'Isère l'a qualifié de "très mauvaise affaire pour l'Etat et les contribuables". Il a ainsi reproché à l'Etat de n'avoir pas réclamé davantage de contrôle sur les affaires des banques sujettes au prêt, en exigeant par exemple d'être présent dans les conseils d'administration des établissements.

Au sujet du budget 2010, Didier Migaud a affirmé que "la commission des finances fera des propositions". Il "souhaite qu’avant la fin de l’année on puisse voter pour plus de transparence et davantage de moyens pour lutter contre les paradis fiscaux".

Sur la votation citoyenne sur la Poste, le maire de Seyssins a déclaré : "J’ai voté contre tout projet de privatisation", ajoutant, "je me réjouis que beaucoup de citoyens se soient exprimés en ce sens. J’espère que le gouvernement proposera aux Français un vrai référendum".

Le député PS de l’Isère s’est ensuite réjoui du "oui" irlandais au référendum sur le Traité de Lisbonne et souhaite "que l'Europe change" et sorte du cycle des procédures de ratification. "Le peuple irlandais a tranché, tant mieux, passons à une autre étape", a-t-il ainsi expliqué.

Enfin, sur les querelles internes au PS, le député a admis que pour gagner les régionales il faudra que le parti se guérisse "de la maladie des égos". Selon lui, il faut faire "en sorte que les ambitions individuelles s’effacent derrières celles collectives".