Merah : Guéant admet une "défaillance"

  • A
  • A
Merah : Guéant admet une "défaillance"
@ EUROPE 1
Partagez sur :

L'ancien ministre a ainsi répondu sur Europe 1 aux "failles" évoquées par François Hollande.

Non, il ne sent pas "visé" par les propos de François Hollande. L'ancien ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a répondu, vendredi, sur Europe 1, aux "failles" évoquées par François Hollande dans l'affaire Mohamed Merah. "Le drame de Toulouse a révélé certaines failles dans l'organisation de notre renseignement (…) Toute la lumière sera faite", avait déclaré, jeudi, François Hollande.

"Je ne sais pas sur quoi Hollande se fonde"

"Je ne sais pas sur quoi François Hollande se fonde pour affirmer qu'il y a eu des failles", lui a répondu Claude Guéant, vendredi matin. Avant de minimiser la responsabilité du "premier flic de France". "Un ministre de l'Intérieur ne fait pas lui-même les enquêtes, ce sont les fonctionnaires de police qui les font, sous l'autorité de la justice", a souligné l'ancien locataire de la place Beauvau.

"Une défaillance pendant l'intervention" :


Le rapport remis la semaine dernière par l'IGPN, la police des polices, au ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, évoquait des "défaillances objectives" et des dysfonctionnements dans la surveillance de Mohamed Merah.

Pour la première fois, Claude Guéant a reconnu une défaillance de ses services, non au cours de sa surveillance, mais pendant l'intervention. A quel moment ? "Quand Mohamed Merah est sorti de son domicile pour aller téléphoner, déjouant ainsi la surveillance de la police", a précisé l'ancien ministre de l'Intérieur.

"Merah, une personnalité très complexe"

"Ça mis à part, les services l'ont surveillé", estime Claude Guéant. "On reproche au service de renseignements de ne pas avoir été suffisamment alerté par la personnalité de Mohamed Merah". On dit 'il vivait de façon cloîtrée, il avait l'air méfiant'. "Ce n'est pas une raison suffisante pour saisir la justice et arrêter quelqu'un dans notre pays", a déclaré l'ancien ministre de l'Intérieur. "On reproche que, pendant des heures, il gardait les fenêtres fermées et restait chez lui isolé. Ma foi, je crois qu'il y a beaucoup de Français qui de temps en temps vivent de cette façon", a encore insisté Claude Guéant.

Claude Guéant a, enfin, souligné, la personnalité "très complexe" de Mohamed Merah. "Dans le même temps qu'on disait qu'il était très réservé, méfiant, isolé, cloîtré, c'est quelqu'un qui fréquentait les boîtes de nuit, de temps en temps s'accoutrait en punk. C'est quelqu'un qui était très difficile à cerner", a conclu l'ancien locataire de la place Beauvau.

>>> A lire aussi : Merah : les étapes d'une défaillance