Menace terroriste : Valls "appelle à la vigilance"

  • A
  • A
Partagez sur :

Interrogé sur la sécurité du pays par les auditeurs d'Europe 1, le Premier ministre s'est voulu rassurant. 

INTERVIEW

Le Premier ministre a été interrogé par plusieurs auditeurs d'Europe 1. Inquiets, ils l'ont essentiellement questionné sur leur propre sécurité ou sur celle des écoles ou des grands événements sportifs à venir. 

  • La sécurité dans les établissements scolaires. Doriane, 36 ans, commerciale, intervient régulièrement dans les collèges et les lycées français. Elle s'étonne de pouvoir entrer "un peu comme on a envie" dans plusieurs établissements, y compris ceux qui ont reçu des menaces précises ces dernières semaines. "En France, nous avons 77.000 établissements scolaires", a répondu Manuel Valls. "Nous ne pouvons pas avoir devant chaque établissement scolaire des policiers et des gendarmes, mais les patrouilles de la police, de la gendarmerie, de l'armée de terre permettent de quadriller le territoire", explique-t-il. "Il faut aussi que les responsables des établissements publics ou privés soient également vigilants. Moi j'en appelle à cette vigilance, à cette responsabilité", a dit le Premier ministre. 

  • La sécurité des événements sportifs. Pascal, 42 ans, agent technique, participe dans dix jours au Marathon de Paris. Il se demande comment sera assurée la sécurité "de tous ces coureurs qui vont parcourir 42 kilomètres". "Tous les moyens sont assurés, publics ou discrets, pour assurer la sécurité de nos concitoyens. La liberté, c'est de pouvoir courir dans Paris", a répondu Manuel Valls. "Nous sommes dans l'Etat d'urgence mais parce que nous sommes un pays de liberté, il faut qu'il y ait des manifestations dans la rue. C'est la vie qui est là : la plus belle des réponses face à la mort", estime-t-il. Même son de cloche pour l'Euro 2016, que le Premier ministre refuse d'annuler. "Annuler l'Euro 2016, ça serait donner une victoire aux terroristes", martèle le Premier ministre qui assure que la France a fait la "démonstration" avec la COP21 qu'elle était capable d'accueillir de grandes manifestations. 

  • La sécurité pour les musulmans. Arnaud, 39 ans, commerçant, s'interroge sur les mesures prises par le gouvernement pour éviter les amalgames sur "nos amis musulmans, qui sont avant tout français". A ce sujet, Manuel Valls a mentionné la grande campagne de sensibilisation lancée au début de la semaine par le gouvernement. "Ceux qui tuent aujourd'hui, le font au nom de l'Islam, mais les musulmans sont les premières victimes du terrorisme", a rappelé le Premier ministre, dénonçant "une poignée d'assassins qui pervertit le message de l'Islam". "Il appartient aussi à l'Islam, avec notre soutien, de montrer qu'il est compatible avec la démocratie, la laïcité, l'égalité entre les hommes et les femmes. C'est un combat que nous devons mener", a-t-il appelé de ses vœux. 


>> Retrouvez les temps forts de l'interview de Manuel Valls en cliquant ici