Mélenchon fait salle(s) comble(s)

  • A
  • A
Mélenchon fait salle(s) comble(s)
Jean-Luc Mélenchon signe un autographe avant son meeting à Villeurbanne le 7 février 2012.@ MaxPPP
Partagez sur :

Les meetings du candidat du Front de Gauche rencontrent un réel succès.

Il a rassemblé 4.500 personnes à Besançon, 6.000 à Nantes et 8.000 jeudi soir à Montpellier. Depuis un mois et demi, Jean-Luc Mélenchon, le candidat du Front de Gauche à l'élection présidentielle, effectue ses meetings dans des salles bondées. Preuve de ce succès, la nécessité de partager le public en deux salles distinctes pour un même meeting mardi soir à Villeurbanne, près de Lyon.

10.000 personnes à Villeurbanne

Sur le campus de la Doua dans le Rhône, près de 10.000 personnes se sont en effet rassemblées pour assister au meeting de l'ex-ministre. Les organisateurs n’en attendaient pas plus de 7.000. En conséquence, il a fallu ouvrir en urgence une deuxième salle en sous-sol dans l'Espace Double mixte pour pouvoir accueillir tous les spectateurs.

Dans la salle, des militants, des sympathisants, mais aussi des travailleurs en lutte, à l'image des salariés de Lejaby, de Péchiney ou d'Arkema. Devant eux, Jean-Luc Mélenchon a fixé ses priorités : "Notre objectif est de battre Nicolas Sarkozy et de chasser Le Pen des usines".

"Le cœur est à gauche"

En bon orateur, Jean-Luc Mélenchon a le sens des formules et sait manier l'humour pour convaincre son public. A Villeurbanne, il a ainsi expliqué avoir demandé à la personne en charge de la traduction pour les sourds la signification du geste des partisans de François Hollande. Réponse : radio du thorax. "Mes amis, le coeur est à gauche ! Voilà ce que montre la radio du thorax", a-t-il conclu dans un éclat de rire.

Crédité de 8 à 9% d'intentions de vote dans les sondages, Jean-Luc Mélenchon prolonge donc durant cette campagne le succès qu’il a rencontré en librairie avec son son livre Qu'ils s'en aillent tous. Sorti en octobre 2010, celui-ci qui s'est déjà vendu à plus de 80.000 exemplaires.

Porté, par ces soutiens, le leader du Front de Gauche entend bien poursuivre son ascension. Il a déjà donné rendez-vous à ses partisans le 18 mars prochain sur la place de la Bastille à Paris, pour parler VIe république, le jour anniversaire du début de la Commune de Paris.