Meeting commun au PS : Aubry renvoie la balle dans le camp de Royal

  • A
  • A
Meeting commun au PS : Aubry renvoie la balle dans le camp de Royal
Partagez sur :

Martine Aubry, première secrétaire du PS, a estimé vendredi que "chacun fait la campagne comme il veut, c'est à Ségolène de répondre" à propos d'un éventuel meeting commun dans la campagne des européennes.

Y aura-t-il un meeting commun au PS ? Vendredi, Martine Aubry éludait la question : "chacun fait la campagne comme il veut, c'est à Ségolène de répondre".

Scellant l'unité retrouvée du parti, les deux ex-rivales du congrès de Reims doivent tenir le 27 mai meeting commun à Rezé (banlieue de Nantes), la patronne du PS venant dans la région Ouest soutenir la tête de liste, Bernadette Vergnaud, proche de la présidente de Poitou-Charentes. La présence de Ségolène Royal était envisagée et même donnée pour certaine début mai par le porte-parole Benoît Hamon. Mais mardi, Martine Aubry lâchait : "Je n'envoie pas de bristol et je n'attends pas de réponse. Chacun décide".

Ségolène Royal n'a pas répondu, mais a fait savoir jeudi par un proche qu'elle souhaiterait "auparavant" que soient clarifiées "une mission ou des missions que Martine pourrait lui confier". Allusion à une proposition lancée par la première secrétaire depuis février et jamais aboutie. François Lamy, proche de Martine Aubry, a répliqué : "A ma connaissance, de la part de Ségolène, il n'y a pas eu de propositions concrètes. On est dans une période où tout le PS est engagé en campagne, tous courants confondus. L'urgent pour les socialistes est d'être en campagne".

Invitée vendredi de France 2, Martine Aubry n'a pas voulu répondre précisément à la tenue de ce meeting commun. "Chacun prend ses responsabilités. Tous les militants sont sur le pont (...). Les socialistes sont aujourd'hui unis vis à vis des Français", a-t-elle dit. "Les Français en ont assez des socialistes qui parlent aux socialistes. Ils veulent que les socialistes parlent unis comme nous le sommes aujourd'hui avec les 27 partis socialistes européens pour leur construire une autre Europe, qui les protège avec les services publics", a-t-elle ajouté.