Mediator : appel à la démission de Berra

  • A
  • A
Mediator : appel à la démission de Berra
@ MAXPPP
Partagez sur :

Le député Gérard Bapt est scandalisé par les propos tenus par la secrétaire d'Etat à la Santé.

Deux jours seulement après sa nomination au poste de secrétaire d'Etat à la Santé, Nora Berra est attaquée. Le député socialiste Gérard Bapt se dit "scandalisé", dans un communiqué, par les propos qu'elle a tenus sur le médicament Mediator et de ses liens supposés avec l'industrie pharmaceutique.

Sur I-télé, mardi matin, Nora Berra estimait à propos du Mediator, un médicament anti-diabète qui a fait en 33 ans au moins 500 morts, qu’"il faudra voir la relation d'imputabilité entre le médicament et ses effets", avant d’ajouter qu’ "il y a un gros travail de compilation de données, de connaissance et d'expertise à faire sur ce dossier".

Conflit d’intérêt avec le laboratoire ?

Pour Gérard Bapt, la secrétaire d'Etat à la Santé "conforte les communiqués de dénégation du laboratoire Servier", qui produisait le Mediator, aujourd'hui interdit à la vente. Le député s'était déjà interrogé sur les éventuels conflits d'intérêt de Nora Berra, et en raison de ses liens avec l'industrie pharmaceutique pour laquelle elle a travaillé pendant dix ans, avant d'entrer en 2009 au gouvernement comme secrétaire d'Etat chargée des Aînés.

Selon le député, le Premier Ministre "devrait constater qu'il n'a pas nommé Madame Berra au bon poste et lui demander de démissionner, sous peine que le gouvernement ne soit à nouveau empêtré dans un conflit d'intérêt interminable".

Une "polémique politicienne stérile"

Nora Berra a réagi mercredi après-midi. La secrétaire d’Etat s'est étonnée des "insinuations malveillantes" du député et de la "polémique politicienne stérile" qu'il a engagée. Elle rappelle avoir annoncé mardi, conjointement avec le ministre de la santé Xavier Bertrand, que "tous les moyens d'expertise et de recherche allaient être mis en oeuvre" pour faire la lumière sur le Mediator et informer les patients qui en ont pris. En réponse à une question orale de Gérard Bapt, Xavier Bertrand avait rappelé les mesures qui allaient être prises.

"Je ne pense pas qu'un brevet d'incompétence sur les sujets dont on a la charge soit la meilleure garantie pour répondre aux attentes des Français, qui plus est sur un sujet d'une telle importance", a-t-elle dit, soulignant qu’elle souhaite à l'avenir pouvoir travailler avec Gérard Bapt "de manière constructive et non sur la base d'insinuations malveillantes".

"Comme je l'ai toujours fait, j'entends mener mon action au service de tous les Français en toute transparence et avec l'énergie qui me caractérise", a-t-elle déclaré, avant de conclure, "j'ose espérer, monsieur le Député et cher confrère, que vous aurez à coeur d'aller au-delà des postures partisanes pour nous rejoindre sur cet enjeu d'intérêt général".