Martine Aubry sous la pression à La Rochelle

  • A
  • A
Martine Aubry sous la pression à La Rochelle
Partagez sur :

A La Rochelle, lors l'université du PS qui s'ouvre vendredi, Matrine Aubry devra faire face à la jeune garde du parti.

Pour sa rentrée politique à l'université d'été de La Rochelle qui s'ouvre vendredi, Martine Aubry fera face à un défi de taille : relancer le PS, sous la pression d'une jeune garde qui ferraille autour des primaires et du périmètre des alliances, avec ou sans le MoDem.

A moins de sept mois des régionales, qui s'annoncent difficiles, La Rochelle ouvre ses portes à un PS en crise. Après un résultat désastreux aux européennes de juin, le ton est monté cet été entre l'impétueux quadra Manuel Valls -qui voit le parti en "danger de mort"- et la première secrétaire, qui l'a menacé d'exclusion.

"Une grosse partie se joue à La Rochelle. Si on rate notre rentrée, soyons clairs, cela veut dire aussi qu'on rate notre année", affirme à Pierre Moscovici, membre de la direction. "Je ne mets absolument pas la pression sur Martine. Elle en est consciente". Mais "il faut que Martine annonce à La Rochelle une feuille de route qui démine les sujets qui font l'actualité, qu'elle lance le grand chantier du projet", ajoute le député du Doubs.

D'autres ont également mis la pression sur la patronne du PS, qui dirigera sa première université d'été depuis son élection à la tête du parti. Vincent Peillon et les partisans de Ségolène Royal ont ainsi brisé un tabou lors de leurs journées d'été samedi à Marseille, esquissant une alliance avec le MoDem, alors que la direction du parti a rejeté un tel projet.

Najat Belkacem admet aussi que Ségolène Royal attend "des signes sur la question des primaires ou des alliances". Ecoutez-la au micro d'Antonin André :


Autre sujet imposé à la maire de Lille : des primaires à gauche pour la désignation du candidat de la gauche en 2012, défendues à la fois par Vincent Peillon et ses amis -qui les verraient ouvertes au MoDem- et par Arnaud Montebourg, qui a mis sa démission dans la balance si le projet était bloqué.

> Les primaires, un enjeu personnel pour Aubry