Martine Aubry étrille Emmanuel Macron et ses "recettes du passé qui n’ont jamais marché"

  • A
  • A
Partagez sur :

De retour après une période de convalescence, Martine Aubry s'en est pris au programme d'Emmanuel Macron. La maire de Lille fustige un candidat qui n'est pas "la modernité". 

Finie la convalescence pour Martine Aubry ! La maire de Lille est sortie de sa réserve en critiquant le programme d’Emmanuel Macron, qu'il a présenté cette semaine.

Le programme de Macron ou "la meute de loups". "Je dis souvent 'quand c'est flou il y a un loup' et là c'était une meute de loups. Mais maintenant, on sait, son programme est affiché", a fustigé Martine Aubry. Dans ce projet, Martine Aubry voit "les programmes libéraux des Anglo-saxons des années 80".  La maire de Lille estime que l’ancien ministre de l’Economie entend appliquer "les recettes du passé qui n’ont jamais marché, ce n’est pas la modernité Mr Macron, c’est le retour du libéralisme économique". Dans son programme, Emmanuel Macron entend, entre autres, baisser l'impôt sur les sociétés et transformer l'ISF ou encore faire 60 milliards d'euros d'économies dont 25 milliards dans le domaine social. 

Pendant cette conférence de presse de deux heures, essentiellement consacrée aux questions lilloises, l’ancienne patronne du PS a s’en est pris au "produit" Emmanuel Macron. Il "pensait qu'être lancé comme un nouveau produit avec un sourire étincelant suffirait peut-être à être président de la République", a-t-elle commenté.

Une "indécence" chez le candidat. Dénonçant "une certaine indécence" de la part d’Emmanuel Macron, elle rappelle au candidat son passé de banquier. "Il y a une certaine indécence pour celui qui a été ministre de l'Economie (...) de dire 'je demande un peu de responsabilité aux chômeurs, aux retraités et aux salariés' (...). Il ne les connaît pas, il connaît mieux le milieu de la City".

De retour en électron libre, Martine Aubry a rappelé son soutien à Benoît Hamon tout en égratignant ceux qui, comme Jean-Marie Le Guen ou Christophe Caresche, ont critiqué l’orientation du candidat PS. Benoît Hamon compte remobiliser autour de sa campagne, notamment autour de la maire de Lille mais aussi de Christiane Taubira, Arnaud Montebourg, Vincent Peillon et Yannick Jadot.