Marion Maréchal-Le Pen : "Notre objectif c'est de se tourner vers les électeurs des Républicains"

  • A
  • A
Partagez sur :

Invitée du Grand rendez-vous, dimanche, la députée FN du Vaucluse a présenté la candidature de sa tante comme une alternative à celle de François Fillon, fragilisé par le "Penelopegate". 

INTERVIEW

A quelques heures du discours de Marine Le Pen à Lyon, sa nièce, Marion Maréchal-Le Pen, a présenté sa tante comme une alternative crédible à François Fillon, estimant que "des passerelles" existaient entre leurs programmes. Jugeant que le parti LR était confronté à "un choix cornélien" entre "un candidat extrêmement fragilisé" par le Penelopegate et "un plan B, qui serait forcément délégitimé", la députée du Vaucluse a lancé un appel aux électeurs de droite : "Plutôt qu'un plan B, tournez-vous vers le plan M, le plan Marine." 

"Des gens à qui on peut parler". "Notre objectif c'est de se tourner en partie vers les électeurs des Républicains car ils sont face à un choix forcément insatisfaisant", a poursuivi Marion Maréchal-Le Pen. "Il est vrai que l'électorat qui s'est rendu aux primaires n'est pas le cœur de notre électorat", a-t-elle reconnu. "Mais je crois qu'il y a des gens à qui on peut parler, en leur expliquant que les caricatures qui sont faites à notre endroit sont, justement, des caricatures." 

Un parallèle "abusif" avec la procédure visant le FN. Quant aux soupçons de fraude qui pèsent sur le FN au parlement européen, Marion Maréchal-Le Pen a estimé qu'ils n'étaient pas comparables à l'affaire Fillon. "Il y a un parallèle qui est un peu abusif puisque nous avons d'un côté un soupçon d'enrichissement personnel, et nous avons de l'autre des reproches qui sont faites au Front national sur un certain nombre d'assistants qui auraient travaillé à la fois pour leur député et pour le Front national", a-t-elle déclaré, évoquant la "partialité" de la procédure. "Nous sommes face à une procédure qui n'est pas une procédure contradictoire, qui est diligentée par nos adversaires politiques, puisque l'organisme qui en est en charge, l'OLAF (Office européen de lutte anti-fraude, ndlr), n'est pas indépendant du parlement européen."

Discours dimanche après-midi. La présidente du Front National, Marine Le Pen, lance véritablement sa campagne ce week-end à Lyon, avec les "assises présidentielles" du Front national. La candidate à l'élection présidentielle doit y présenter son programme, dimanche après-midi, après avoir observé une grande discrétion en 2016.  Sept grands thèmes de campagne devraient être abordés : une France "libre", "sûre", "prospère", "juste", "fière", "puissante" et "durable".