Marion Maréchal-Le Pen : "Au FN, je ne suis ni minoritaire, ni isolée"

  • A
  • A
Marion Maréchal-Le Pen : "Au FN, je ne suis ni minoritaire, ni isolée"
Marion Maréchal-Le Pen, député (FN) du Vaucluse, réplique à Florian Philippot et avance qu'au Front national, elle n'est ni "seule", ni "minoritaire".@ ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP
Partagez sur :

Après que le porte-parole du FN Florian Philippot a qualifié la député du Vaucluse d' "isolée et seule" au sein du parti, la députée du Vaucluse réplique, dans les colonnes du "Journal du dimanche". 

"Seule et isolée au sein du parti". C'est en ces termes que Florian Philippot, porte-parole du Front national avait qualifiée la position de Marion Maréchal-Le Pen après les propos de la députée du Vaucluse sur l'IVG. Mais selon elle, Marion Maréchal-Le Pen, n'est ni "seule", ni "isolée", et ses positions, encore moins "minoritaires", au sein du parti d'extrême-droite.

"On ne définit pas la ligne du FN seul sur BFM TV !". Au Front national, point de querelle de personnes, mais "des analyses différentes en fonction de telle ou telle actualité", avance la député du Vaucluse. Rien à voir donc avec ce qu'il se passe du côté du Parti socialiste "entre Hamon et Macron", ou du côté des Républicains, "entre Fillon et NKM", explique Marion Maréchal-Le Pen. Pas de divisions, mais un "socle commun extrêmement solide", basé sur la "souveraineté" et "l'identité".

Pourtant, c'est bien d'une "agression" dont parle l'élue lorsqu'elle évoque les propos du numéro 2 du FN à son égard : "[Florian Philippot] parle de moi en disant 'cette personne' [...] Il y a un minimum de bienséance et de respect mutuel à avoir", explique-t-elle. "Quand on définit la ligne du FN ou qu'on décide un changement stratégique dans les instances du parti, on ne le fait pas tout seul sur BFM TV!", lance Marion Maréchal-Le Pen.

L'IVG : "C'était la position de Marine Le Pen en 2012". Pourtant recadrée par Marine Le Pen sur la question de l'IVG, la député du Vaucluse persiste : "Cette position que [Florian Philippot] qualifie d'isolée, était défendue par Marine Le Pen en 2012". Marion Maréchal-Le Pen rappelle également qu'en 2011, la présidente du Front national a été élue à la tête du parti sur une ligne qui, concernant l'avortement, est sans ambiguïté. Très engagée sur la question de l'IVG, l'élue du Vaucluse s'était engagée en novembre 2015 à ne plus subventionner les plannings familiaux si elle gagnait la région PACA. Un point sur lequel Marine Le Pen l'avait déjà désavouée.

Sur les réseaux sociaux, les réactions de soutien à la député du Vaucluse se sont multipliées.





"Il est très important de casser l'image de Fillon". Entre les deux élues frontistes, un homme : François Fillon. C'est l'autre point de désaccord entre les Le Pen. Alors que Marion Maréchal-Le Pen considère les propositions libérales du candidat républicain "extrêmement dangereuses", Marine Le Pen exprime son désaccord avec sa nièce... "Comme Nicolas Sarkozy en 2007, Fillon est en train de tenter une escroquerie électorale", lance la plus jeune. "Il est très important de casser l'image de Fillon [sur la sécurité et l'immigration]". Et de conclure : Avec Alain Juppé, "les lignes auraient été plus claires".