Marini : "ce n'est pas la fin de l'histoire"

  • A
  • A
Marini : "ce n'est pas la fin de l'histoire"
@ MAXPPP
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - L'UMP Philippe Marini a détaillé la suite des opérations dans l'affaire Cahuzac.

L'ACTU. Le président UMP de la Commission des Finances de l'Assemblée, Gilles Carrez, et celui de la Commission des Finances du Sénat, Philippe Marini, se sont rendus jeudi soir à Bercy, pour obtenir des informations sur le dossier Cahuzac, après les révélations de Valeurs actuelles sur le ministre de l'Economie Pierre Moscovici. Les deux hommes en sont ressortis avec une certitude : "il n'y a pas eu de commando de l'administration fiscale française envoyé pour enquêter en Suisse". Mais beaucoup de questions restent sans réponse.

La phrase à retenir. Invité vendredi sur Europe 1, le président de la commission des finances du Sénat Philippe Marini a prévenu que cette descente à Bercy ne resterait pas sans suite. "Nous n'avons rien trouvé de décisif mais ce n'est pas la fin de l'histoire", a souligné le sénateur UMP de l'Oise. "Nous avons constaté que nous étions en désaccord sur l'interprétation de plusieurs aspects importants de droit dans ce dossier", a-t-il ajouté.

Ce qui va se passer maintenant. Le président de la commission des finances du Sénat Philippe Marini a ensuite précisé le calendrier des prochaines semaines. " J'ai demandé des documents, une liste précise, on va me la fournir. Ces éléments vont être examinés. Si Gilles Carrez et moi ne sommes pas satisfaits, nous reviendrons et là, nous ferons parler la mémoire des ordinateurs", a encore prévenu le sénateur UMP de l'Oise.  

Quels documents vont-être consultés ? Les présidents des deux commisions des finances de l'Assemblée et du Sénat vont notamment examiner le courrier envoyé mi-décembre par le fisc à Jérôme Cahuzac, lui demandant s'il avait un compte en Suisse. Un courrier auquel l'ancien ministre du Budget n'a jamais répondu. Or, pour les deux parlementaires, le fait que Jérôme Cahuzac n'ait pas donné suite à cette demande, a retardé la demande d'entraide fiscale avec la Suisse, finalement effectuée le 24 janvier.