Marine Le Pen veut attirer les préfets

  • A
  • A
Marine Le Pen veut attirer les préfets
@ MAXPPP
Partagez sur :

Dans un courrier, la présidente du FN défend sa conception de l’Etat et dédiabolise son parti.

Marine Le Pen a adressé la semaine dernière une lettre à chacun des préfets de France dans laquelle elle dénonce "l'affaiblissement de l'Etat" et leur assure qu'ils n'ont rien à craindre d'une éventuelle "arrivée au pouvoir" de son parti, révèle Marianne 2.fr.

Dans ce courrier de deux pages, la présidente du FN n’évoque pas l’immigration mais insiste sur le rôle de l’Etat et son nécessaire "redressement", reprenant l’un des thèmes développés lors de son investiture, au Congrès de Tours, le 15 janvier 2011.

"Aucune raison de redouter notre arrivée au pouvoir"

"Vos éminentes fonctions vous placent directement face aux ravages d'une politique d'amoindrissement de l'Etat, de découragement de ses personnels, et d'inefficacité de sa gouvernance", écrit Marine Le Pen. En ligne de mire, la révision générale des politiques publiques, qui "a profondément désorganisé l'Etat" et "lui a souvent fait perdre un ancrage territorial précieux".

Au-delà de son constat sur l’état de la France, Marine Le Pen cherche à s’attirer de nouveaux soutiens parmi les hauts-fonctionnaires. "Les grands serviteurs de l'État réellement soucieux de l'intérêt général n'ont aucune raison de redouter notre arrivée au pouvoir et l'application des idées que je porte", écrit la présidente du FN. "Au contraire ! La perspective de redressement que je leur offre m'apparaît correspondre à ces moments de notre histoire où l'intelligence collective a su rencontrer un projet national et un espoir populaire", ajoute-t-elle, un brin lyrique.

Une démarche inédite

Interrogée par Reuters sur ce courrier, la présidente du FN a précisé qu'elle n'avait pas voulu rendre cette démarche publique. "C'est entre eux et moi (NDLR : les préfets), a-t-elle simplement indiqué.

La démarche est en tout cas inédite. Dans l’histoire de la Ve République, il est en effet exceptionnel qu'un chef de parti s'adresse directement aux préfets. Les fonctionnaires sont, eux, soumis à un devoir de réserve et de neutralité.