Marine Le Pen se lance dans une campagne à la Trump

  • A
  • A
Marine Le Pen se lance dans une campagne à la Trump
Marine Le Pen a prévu une dizaine de déplacements au mois de janvier dans des villages oubliés des leaders politiques.@ AFP
Partagez sur :

La présidente du Front national a prévu de nombreux déplacements au mois de janvier. Calquant sa stratégie sur celle de Donald Trump, elle compte se rendre dans des petits villages perdus.

Tout s'accélère au QG de Marine Le Pen. La présidente du Front national a réuni jeudi un comité de pilotage pour programmer les semaines à venir. Elle qui prévoyait d'attendre le 5 février pour lancer les hostilités avec un premier grand meeting régional à Lyon a changé ses plans. Au menu : une dizaine de déplacements thématiques pour le seul mois de janvier, et pas toujours là où on l'attend le plus.

Petits villages perdus. Marine Le Pen visitera au moins deux départements par semaine, avec parfois des réunions publiques dans des villes et des villages perdus. Là où on n'a plus vu de leaders politiques nationaux depuis très longtemps. La candidate à la présidentielle se rendra notamment dans le nord de la France et à la frontière franco-italienne. Elle s'inspire ainsi de Donald Trump, qui avait multiplié les meetings dans les coins les plus reculés de l'Amérique pendant la campagne présidentielle américaine. Avec le succès que l'on sait.

Campagne low-cost. L'avantage est double. D'abord, cela ne coûte pas cher. Il suffit d'un gymnase, d'une petite sono. Ni chaises ni écrans géants. Un point à ne pas négliger alors que le financement de la campagne du FN est loin d'être bouclé. Ensuite, cela colle parfaitement avec le slogan de Marine Le Pen, "Au nom du peuple", et sa volonté d'incarner la France des oubliés.

Les dangers Fillon et Macron. Si la présidente du parti frontiste accélère, c'est qu'elle se fie à son instinct. Elle qui, il y a quelques mois encore, disait vouloir lancer sa campagne "quand [elle] le sentirait", sent désormais poindre le danger. En quelques semaines, deux phénomènes ont rebattu les cartes. François Fillon, qui a réussi à rassembler le peuple de droite. Et Emmanuel Macron, capable, lui, d'attirer des déçus de la politique. Précisément ceux auxquels Marine Le Pen s'adresse sans cesse. Ces deux nouveaux concurrents obligent donc la patronne du FN à passer à l'offensive plus tôt que prévu.