Marine Le Pen s'attaque à la "Montgolfite"

  • A
  • A
Marine Le Pen s'attaque à la "Montgolfite"
Partagez sur :

TOUT EST DIT - Alors qu'un grand débat se prépare sur internet, la candidate FN dénonce l'omniprésence de certains candidats à la télévision.

Tous les matins, Laurent Guimier et la rédaction d'Europe 1 sélectionnent pour vous le meilleur des déclarations et des petites phrases politiques du jour.

A 15 jours du premier tour, on est encore loin des débats de fond. La preuve ? Ce vendredi, le pédalo signe son grand retour dans la campagne. Souvenez-vous, l'expression avait été inventée par Jean-Luc Mélenchon pour désigner son rival socialiste. “Hollande est un capitaine de pédalo dans la tempête” avait-il dit au Journal du Dimanche en novembre dernier. Ce matin, c'est Nicolas Dupont-Aignan qui réutilise la formule pour tâcler son adversaire socialiste. Pour le leader de Debout la République - qui a bonne mémoire - ils sont maintenant deux sur le pédalo. Le petit candidat n'évoque pas une sortie en amoureux du favori des sondages. En fait, celui qui pourrait prendre place à côté de François Hollande sur la petite embarcation, c'est Jean-Luc Mélenchon

Jeudi, les internautes n'ont pas lâché leur ordinateur. Et pour cause : tout au long de la journée, ils ont pu suivre le défilé des candidats à Sciences-Po venus répondre au question des étudiants et des lectrices du magazine "Elle". De cette journée marathon, nous avons retenu l'intervention de François Bayrou. Interrogé par Valérie Toranian, la patronne de la rédaction de Elle, sur le rôle des femmes dans sa carrière politique, le centriste s'est lâché... sans le vouloir. "Il y a beaucoup de femmes à qui je penserais au moment de l'élection" a reconnu François Bayrou sous les applaudissements de la salle. Gêné, le candidat s'est aussitôt justifié en citant sa mère, sa femme et ses filles.

Marine Le Pen était, elle aussi, invitée à Sciences Po. Mais pour la première dame du Front national, la journée s'est nettement moins bien passée. La fille de Jean-Marie Le Pen était venue défendre l’expression "IVG de confort" qu’elle utilise dans cette campagne. Pour passer à autre chose, la candidate du FN a lancé de nouveaux mots qu’elle assume totalement. Interrogée sur le comportement de ses adversaires, elle a dénoncé leur attitude complètement mégalo. D'après elle, il se pourrait qu'ils aient attrapé la "Montgolfite", une terrible maladie qui fait gonfler la tête des candidats quand ils se voient à la télévision. 

Il paraitrait que la télé rend fou. Du coup, c'est ailleurs que la campagne continue. Impossible à organiser sur le petit écran en raison des contraintes imposées par le CSA, le débat aura lieu là où on ne l'attend pas : sur internet ! Les 10 candidats sont invités à participer à un grand débat en direct, dans les prochains jours. La confrontation aura lieu à l'initiative de Dailymotion, du Lab d’Europe1.fr, du NouvelObs.com et de Yahoo.fr. Et c’est plutôt bien parti. Nicolas Dupont-Aignan, François Bayrou et Marine Le Pen ont d'ores et déjà dit oui. On aura des nouvelles des autres candidats dans la matinée.

Pour terminer, rêvons un peu. Arte lance une belle petite série : “J’ai rêvé du Président". Chaque soir vers 20h, un téléspectateur différent raconte le jour où il a rêvé du Président de la République. C’est le cas de d’Alexandra M. qui s'imagine femme du chef de l'Etat.

Dans tes rêves ?

"Dès qu'ils se voient à la télévision les uns et les autres, il y a la tête qui devient énorme" (Marine Le Pen):