Marine Le Pen n'est pas "candidate à Miss France"

  • A
  • A
Marine Le Pen n'est pas "candidate à Miss France"
Taxer à 75% : la crise appelle des mesures "exceptionnelles" (Hollande)@ EUROPE 1
Partagez sur :

La candidate FN était l'invitée spéciale, mercredi, de la matinale d'Europe 1.

Rires grinçants pendant la chronique d’Anne Roumanoff, déclarations au micro de Jean-Pierre Elkabbach et de Bruce Toussaint, réactions des internautes : Europe1.fr vous résume ici, en cinq minutes chrono, la matinale de Marine Le Pen.

6h50 - 120 minutes d’interview. Cinq minutes avant le début de la matinale de Bruce Toussaint, Marine Le Pen, les traits fatigués, entre en studio. "L’heure n’est pas un problème", assure-t-elle pourtant : " J'ai besoin de 7 heures de sommeil, mais je me lève tôt. Vaut mieux apprendre à se lever tôt quand on a eu trois enfants [dont des jumeaux] en un an comme ce fût le cas pour moi".

marine le pen  arrive en studio

7h10 - D’emblée, Marine Le Pen est évidemment questionnée sur un des sujets du jour : l’agression dont disent être victimes  la journaliste Audrey Pulvar et du député PS Arnaud Montebourg. Le couple a été pris à partie, mardi soir à Paris, par des individus scandant des slogans favorables au FN et des injures antisémites, selon un récit d'Audrey Pulvar, jointe par Europe 1. "Rentrant à pied avec mon compagnon, nous avons été pris à partie par une quinzaine d'individus. Aux cris de la France aux Français et autres 'Le Pen président' ", a également raconté la journaliste sur son compte Twitter.





"Evidemment, je condamne ce type d'agression, bien entendu", indique d’abord Marine Le Pen, tendue. Mais, "il s’agit d’accusations très graves de Madame Pulvar", ajoute la candidate d’extrême-droite, rappelant que la journaliste lui demande des explications. "S'il suffit d'aller agresser quelqu'un en criant 'Le Pen président' pour que je sois responsable, alors l'Etat de droit s'est dégradé" en France, fustige-t-elle avant d’insister : "J'attends aussi que Mme Pulvar et M Montebourg condamnent les agressions dont, moi, j'ai été victime".

07h20 - "Merde" comme juron préféré. Marine Le Pen est ensuite soumise - comme tous les candidats - au questionnaire 2012 des candidats. Elle confie que son mot préféré est opportunément "Demain" et que le juron qu’elle use le plus est … "Merde !".

Que ferait Marine Le Pen si elle était élue, voici les autres réponses de Marine Le Pen

 

07h40 - Petit tacle à l'attention de Hollande. Marine Le Pen taxera-t-elle plus les super riches comme François Hollande ? Pas forcément, répond l’intéressée qui confirme son intention, si elle était au pouvoir, d’instaurer un taux d'imposition à "46%" pour les revenus "au-dessus d'un million d'euros par an". Un taux beaucoup moins important que celui annoncé par François Hollande, lundi soir, sur TF1 puisque le candidat socialiste a, lui, prévu un taux d'imposition à "75%" pour ces très hauts revenus. "François Hollande a surtout fait une annonce médiatique", estime Marine Le Pen.

08h00 - Micmac sur les subventions accordées à SOS Racisme. "Avec tout ce que l’on vous a reproché en raison de vos origines vous auriez pu être militante à SOS Racisme", raille l’humoriste d’Europe 1, Anne Roumanoff, dans sa chronique du jour. Je pourrais surtout "lancer un SOS Racisme anti-blancs", lui répond dans la foulée Marine Le Pen, "puisque personne ne défend ceux qui sont attaqués, ceux qui sont victimes de racisme anti-blancs". Marine Le Pen se fait plus acide encore, faisant remarquer que son association potentielle a cependant toutes les chances d'obtenir "moins de subventions que SOS Racisme qui en touche 500 millions par an". Selon Le Lab d'Europe 1, l’association a en fait touché 579.000 euros de dons publics en 2009, loin donc des 500 millions évoqués par Marine Le Pen. (Voir les chiffres de SOS Racisme publiés au Journal officiel)





08h20 - Question rituelle. La question est désormais dans toutes les interviews de la candidate. Combien Marine Le Pen totalise-t-elle de promesses de parrainage ? "Je ne peux pas vous le dire. Je le dirai demain. Demain je donnerai un nombre très précis des parrainages que j'ai en ma possession", louvoie Marine Le Pen, rappelant qu’elle croit encore en ses chances. "Le second tour est encore ouvert, j'ai la possibilité d'être au second tour".

08h30 - Marine Le Pen s’agace sur la Syrie. Marine Le Pen s'agace ensuite lors de l'interview de Jean-Pierre Elkabbach qui la questionne sur la Syrie, la candidate frontiste n’ayant pas appelé au départ de Bachar al-Assad. "Moi, je ne suis pas candidate à Miss France, mais à la présidentielle (…). Vous avez une vision binaire des choses : il n’y a pas, un côté, les gentils-gentils et, de l’autre, les méchants-méchants. Il peut aussi y avoir des méchants-méchants de chaque côté",fustige-t-elle. "Pour la Libye, vous parliez dans vos reportages des gentils rebelles… qui ne se sont pas avérés si gentils", dénonce Marine Le Pen. "Vous nous n’avez pas bien écoutés", lui rétorque Jean-Pierre Elkabbach.







08h40 - Et papa ? Les deux heures de Marine Le Pen sur l’antenne d’Europe 1 se concluent par une question sur le rôle de son père dans sa campagne. La gêne-t-il avec ses propos parfois extrême (ses références à Brasillach) ? "Nous n’avons pas le même caractère. Nous n’avons pas la même personnalité", rétorque Marine Le Pen, avant de confier : "mais c’est un père aimant"…

09h00 - Marine Le Pen quitte Europe 1, après avoir assuré qu'elle ne donnerait pas de consigne de vote au second tour entre François Hollande et Nicolas Sarkozy, des "siamois" sur tous les sujets essentiels, si elle ne franchit pas l'étape du premier tour.

marine le pen sort