Marine Le Pen : "Je lance un signal à Nicolas Dupont-Aignan et Henri Guaino"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

La présidente du Front national invite Nicolas Dupont-Aignan et Henri Guaino à l'aider à constituer une majorité présidentielle.

INTERVIEW

Consciente que si elle veut optimiser ses chances de décrocher l’investiture suprême il va falloir qu'elle élargisse son socle électoral, Marine Le Pen a appelé dimanche "tous les patriotes" à la soutenir dans sa course à l'Elysée. "Je suis là pour constituer une majorité présidentielle" qui ira "obligatoirement au-delà du Front national", a-t-elle déclaré au micro du Grand Rendez-vous d'Europe 1/iTélé/Les Echos.

Une majorité présidentielle. Indiquant que son éventuel Premier ministre ne serait "pas obligatoirement" issu des rangs du Front national, Marine Le Pen invite déjà ses concurrents à la rejoindre : "Une majorité présidentielle, elle va comporter le Front national, et tous ceux qui vont nous rejoindre avant le premier tour, entre les deux tours et après le deuxième tour." "Je propose à tous les patriotes, à tous ceux qui ont la nation au cœur de nous rejoindre", a-t-elle lancé, avant de cibler plus particulièrement Nicolas Dupont-Aignan, le candidat de Debout la France, et Henri Guaino qui, faute de recueillir assez de parrainages pour la primaire de la droite et du centre, s'est directement lancé dans la course à la présidentielle.

Deux "patriotes". "Il y a un certain nombre de personnes, aujourd’hui, dans la vie politique française qui sont des patriotes. Monsieur Guaino est un patriote, monsieur Dupont-Aignan est incontestablement un patriote, et ceux-là devraient un jour pouvoir se rendre compte, peut-être, s’ils en ont le souhait, s’ils en ont la volonté, que la nation est en grand danger quoique l’on en dise, et que le choix que l’on va faire à l’élection présidentielle est presque un choix de civilisation. Est-ce que la France restera un pays libre ? Un pays souverain ? Un pays laïque ? Voilà toutes les questions de fond qui se posent".

"Est-ce qu’ils [Henri Guaino et Nicolas Dupont-Aignan, Ndlr] sont capables de me rejoindre ? Je le souhaite. En tous cas, je leur lance un signal et je leur dit : 'si vous voulez œuvrer pour le pays, il faudra un moment donné rejoindre le grand camps des patriotes'", a-t-elle déclaré.