Marine Le Pen à Ajaccio : la salle du meeting évacuée après des bagarres et exclusions de manifestants

  • A
  • A
Marine Le Pen à Ajaccio : la salle du meeting évacuée après des bagarres et exclusions de manifestants
Les manifestants évacués ont été regroupés à l'écart, à l'extérieur de la salle.@ Capture Twitter @dom_albertini
Partagez sur :

La candidate frontiste était en déplacement en Corse samedi. Sa prise de parole a du être déplacée après l'éclatement d’échauffourées.

Rien ne s’est passé comme prévu. Samedi, en milieu d’après-midi, la salle du meeting de Marine Le Pen à Ajaccio, a dû être évacuée après des bagarres et l’exclusion de manifestants anti-FN, ont rapporté plusieurs journalistes sur place. La prise de parole de la dirigeante frontiste s’inscrivait dans le cadre d’une visite stratégique sur l’île de Beauté où le FN tente de se réimplanter depuis 2012.

Gaz lacrymogène. Des coups ont été échangés, entraînant même l'usage de gaz lacrymogène, a constaté un journaliste de l'AFP. Le service d'ordre du FN a tenté de faire sortir une quinzaine de manifestants, dont un qui a crié "a Francia fora" (la France dehors). Des coups ont été échangés et du gaz lacrymogène répandu, avant que la salle ne soit finalement vidée. Quelques personnes étaient en pleurs à cause du gaz lacrymogène, notamment des personnes âgées. D'autres toussaient.







"Une attaque contre la démocratie". Les manifestants évacués ont été regroupés à l'écart, à l'extérieur de la salle. Marine Le Pen devrait utiliser une autre salle du Palais des congrès d'Ajaccio pour y tenir son meeting. L'entourage de la candidate a accusé des "nationalistes" corses.  "'Dehors les Français' scandaient les militants anti-Marine qui ont attaqué la démocratie et agressé la République à Ajaccio", a affirmé sur Twitter Florian Philippot, vice-président du FN. David Rachline, directeur de campagne de Marine Le Pen, a lui accusé sur Twitter le préfet de "laisser les milices d'extrême gauche avancer à quelques mètres de l'entrée du meeting".





Pendant le meeting, des militants nationalistes ont attendu à l'extérieur de la salle. Et quelques incidents ont éclaté à nouveau, ont pu constater des journalistes présents sur place :