Marie Bové bloquée par les Verts Aquitaine

  • A
  • A
Marie Bové bloquée par les Verts Aquitaine
Partagez sur :

Les écologistes ont refusé samedi d'entériner la désignation de la fille de José Bové comme tête de liste aux régionales.

Bisbilles au sein des Verts d'Aquitaine. Europe Ecologie a choisisamedi la conseillère régionale Monique de Marco comme tête de liste Europe-Ecologie pour les élections régionales. Ils ont bloqué Marie Bové, militante politique non encartée, dont la "désignation médiatique" fait grincer des dents chez les Verts.

Les composantes "non-verts" d'Europe-Ecologie avaient accepté que Monique de Marco, 56 ans, conseillère régionale élue des Verts depuis 2004, soit désignée tête de liste régionale mais dans le cadre d'une parité qui donnerait trois têtes de liste départementales à des "non-verts", notamment en Gironde, contre deux aux Verts.

Les élus verts ont finalement voté samedi contre le scénario prévu à la base. A savoir confier la tête de liste départementale à Marie Bové, dont le père avait lui-même été tête de file d'Europe-Ecologie dans le Sud-Ouest lors des européennes. Ils ont en outre désigné samedi trois têtes de liste pour les Verts (Pyrénées-Atlantiques, Dordogne et Landes) contre une seule pour les "non-Verts" (Lot-et-Garonne).

Ce "blocage", selon le terme de Monique de Marco, devra être levé dans les prochains jours par les instances régionales des Verts. Monique de Marco, tout en se félicitant d'avoir été désignée tête de liste régionale, a maintenu "que Marie Bové doit être tête de liste en Gironde", rappelant que Europe-Ecologie devait être une "ouverture vers des personnalités, associatifs, altermondialistes".

"Ce n'est pas un rejet, j'ai discuté très librement avec Monique de Marco. Je suis entrée dans l'espace politique national, c'est une évidence, Monique a peut-être moins d'aura mais je pense qu'on peut être complémentaire", a nuancé Marie Bové, présente à la fin de la réunion des Verts, à Talence.

La jeune femme s'était retrouvé sous les feux des projecteurs en octobre dernier, en annonçant son intention de se lancer dans la course à la candidature pour prendre la tête de la liste Europe Ecologie aux régionales en Aquitaine. Et ce, en pleine polémique sur la candidature de Jean Sarkozy à l'Epad.