Mariani : "Si l'UMP implose, le FN aura un boulevard"

  • A
  • A
Mariani : "Si l'UMP implose, le FN aura un boulevard"
Thierry Mariani était l'invité de la matinale week-end d'Europe 1@ EUROPE 1
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le député Thierry Mariani refuse d'envisager la fin de l'UMP. Il souhaite le retour d'un chef qui "conduise le parti".

INTERVIEW. La crise semble ne pas devoir s'arrêter à la tête de l'UMP. Jeudi, le député Hervé Mariton s'est déclaré candidat à la présidence de l'UMP alors que le triumvirat Juppé-Fillon-Raffarin doit prendre la présidence par intérim dans un semaine. Thierry Mariani, député UMP des Français de l'étranger, pense, lui, que seul Nicolas Sarkozy peut sauver son parti empêtré dans les suites de l'affaire Bygmalion.

Invité de la matinale week-end d'Europe 1, Thierry Mariani s'est dit "pour le retour de Nicolas Sarkozy, car l'UMP a besoin d'un chef". En effet, selon lui, "la droite n'est pas la gauche. La gauche peut discuter des années sur des motions", argumente-t-il. "A droite, nous avons des débats d'idées, mais il nous faut quelqu'un qui conduise le parti : c'est la tradition gaulliste", éclaire-t-il.



Thierry Mariani : "L'UMP traverse une phase...par Europe1fr

"Un boulevard pour le FN". Il propose donc le retour de l'ancien président de la République pour sauver un parti "en phase dramatique". "En tant que militant des partis gaullistes depuis 1976, je n'ai jamais connu un tel état", se souvient-il.

Mais Thierry Mariani ne veut pas croire à l'implosion de l'UMP : "C'est le meilleur cadeau que l'on puisse faire au FN", estime-t-il. Le député s'inquiète : "Le jour où l'UMP implose, il y aura un boulevard pour le FN. Il n'y aura rien entre le Front national et la gauche", continue-t-il.

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460-1_scalewidth_460

ENTRE LES LIGNES - Comment ils disent avoir tourné la page Sarkozy

L'INFO POLITIQUE - Sarkozy, une stratégie du retour réglée au millimètre

STRATÉGIE - A l'UMP, les sarkozystes préparent le retour de leur champion

SONDAGE - Popularité : Sarkozy entraîné par l'affaire Bygmalion